Les propriétés de l’abbaye de Cîteaux avant 1132

Cette carte répertorie les lieux où l’abbaye de Cîteaux a acquis des biens (vignes et terres essentiellement) ou des droits (dîmes, diminution de dîmes, justice), avant 1132.

Biens et droits acquis par Cîteaux avant 1132

J’ai choisi la date de 1132 comme date charnière car le 10 février 1132 le pape Innocent II confirme les possessions de l’abbaye, dans sa bulle HABITANTES IN DOMO.

Les lieux ont été indiqués avec leur date de première attestation connue dans les chartes de l’abbaye. Ces actes n’étant pas datés, j’ai suivi les propositions de datation établies par Jean Marilier (Chartes et documents de l’abbaye de Cîteaux, 1098-1182, Rome, 1961).

Figurent les deux emplacements de l’abbaye : l’emplacement primitif, actuel lieu-dit La Forgeotte ; et l’emplacement actuel, que j’ai fait suivre de la date de 1106, date de consécration de la première église (aujourd’hui chapelle Saint-Edme).

Les coordonnées de deux lieux manquent de précision : Gémigny et Latrecey. Il s’agit de deux lieux aujourd’hui détruits. On ne leur connaît qu’une délimitation vague (voir le Dictionnaire topographique de la Côte-d’Or, en ligne).

Pour citer cet article : Coraline Rey, "Les propriétés de l’abbaye de Cîteaux avant 1132," Armaria, publié le 25/06/2017. URL : https://armaria.hypotheses.org/307, consulté le 23/10/2017.

Compte-rendu : M. G. Tomaino, Roberto di Molesme e la fondazione di Cîteaux

CR publié, dans sa version finale, dans : Revue d’Histoire Ecclésiastique, vol. 11, Issue 1-2, 2016, p. 257-258

Tomaino Maria Gemma, Roberto di Molesme e la fondazione di Cîteaux, nelle principali fonti storiche dell’XI e del XII secolo e nella Vita s. Roberti (XIII secolo). Nel IX centenario della morte di s. Roberto (1111-2011), Nerbini, Florence, 2014 (Quaestiones, 3).

Maria Gemma Tomaino nous livre la toute première monographie scientifique approfondie sur Robert de Molesme, fondateur de deux abbayes, Molesme et Cîteaux, et de deux courants monastiques. La figure de Robert a été l’objet d’interprétations différentes, depuis sa mort en 1111 et jusqu’à aujourd’hui. Sa canonisation, en 1222, est apparue comme une période d’accalmie dans le débat de la fondation de Cîteaux, qui opposait notamment bénédictins et cisterciens. Le but avéré de cet ouvrage, issu d’une thèse, est de reconstituer la vie de Robert et de réinterpréter la fondation de l’abbaye de Cîteaux dans le contexte de la réforme de l’Église au XIIe siècle, à travers une relecture originale des sources diplomatiques et hagiographiques, historiques et littéraires, ces dernières étant souvent peu utilisées. L’auteure propose donc une étude systématique du débat historiographique. Continuer la lecture de Compte-rendu : M. G. Tomaino, Roberto di Molesme e la fondazione di Cîteaux

Carte des abbayes cisterciennes de Bourgogne

Cette carte regroupe les abbayes cisterciennes d’hommes et de femmes de la Bourgogne actuelle. Elle a été présentée le 01 Avril 2017 lors du premier séminaire du projet de recherche « Économies cisterciennes » à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – LAMOP (sous la direction de Laurent Feller et Didier Panfili).

Abbayes cisterciennes de Bourgogne © Coraline REY

Pour citer cet article : Coraline Rey, "Carte des abbayes cisterciennes de Bourgogne," Armaria, publié le 13/04/2017. URL : https://armaria.hypotheses.org/282, consulté le 23/10/2017.

1173, les fortifications du château de Prémery, Nièvre : une erreur d’interprétation

L’acte daté de 1173 édité par René de Lespinasse en 1916, dans son Cartulaire de Saint-Cyr de Nevers, sous le n° 111 est conservé à la Bibliothèque nationale de France, Copie de Gaignières, sous la cote latin 9207, f. 21. L’édition est disponible en ligne à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k36204z/f208.image.r=Pr%C3%A9mery.langFR

René de Lespinasse a vu dans cet acte une autorisation de fortifier le château de Prémery. Jusqu’à présent, cette interprétation n’a pas été remise en cause.

Et pourtant, reconsidérer cette interprétation s’avère aujourd’hui nécessaire. D’abord parce que les premières lignes de cet acte évoque seulement la donation de Prémery, qui n’est pas qualifié : « dono et concedo […] Primiriacum ». En 1173, nous ne savons pas ce qu’est ce territoire : un manse, un village, une maison fortifiée ? Rien dans ce texte ne nous permet de le savoir.

C’est dans la suite de ce texte que nous trouvons l’idée de « fortification ». La forte présence du vocabulaire, du champ sémantique de « firmare » a cependant induit en erreur René de Lespinasse. Si nous observons plus attentivement ce vocabulaire, nous nous apercevons qu’il n’est pas en rapport avec la terre de Prémery : « firmare et firmitatem garentizare », « et ipse litteras nobis in invicem fecimus et sigillis nostris utrinque firmavimus », « ad majoris etiam robur firmitatis ». Il ne s’agit donc pas de fortifier ou faire fortifier un château (qui n’est d’ailleurs pas nommé), mais de fortifier une action juridique, ici la donation de Prémery, matérialisée par la charte.

L’emploi du champ sémantique de « firmare » dans le sens de conclure un traité ou valider un acte est connue et régulièrement utilisée par les scribes. Niermeyer, dans son Mediae Latinitatis Lexicon Minus, relève toute une liste d’acceptations pour ce terme[1]. Pour Du Cange, « firmare », c’est avant tout apporter la sécurité (« securitatem dare vel per se vel per fidejussores[2] »).

Dans ce texte, c’est le rapprochement entre le champ sémantique de « firmare » et le champ lexical de l’acte et de l’action juridique (« garentizare », « fiduciavi », « sigillis »…) qui nous permet de dire que cet acte n’est pas une autorisation de fortifier le château de Prémery, mais la simple donation d’un territoire, transaction que les protagonistes ont voulu à tout prix protéger.


[1] J. F. Niermeyer, Mediae Latinitatis Lexicon Minus, « firmare », p. 429-430.

[2] Du Cange, « firmare », Glossarium mediae et infimae latinitatis, 1883-1887, t. 3, col. 507c, disponible en ligne : http://ducange.enc.sorbonne.fr/FIRMARE1.

NB : billet publié la première fois sur le carnet de recherche Laetus diaconus le 19 juin 2014.

Pour citer cet article : Coraline Rey, "1173, les fortifications du château de Prémery, Nièvre : une erreur d’interprétation," Armaria, publié le 08/04/2017. URL : https://armaria.hypotheses.org/280, consulté le 23/10/2017.

Carnet de recherche de Coraline REY – ISSN 2492-9336