Archives de catégorie : Cîteaux

Les propriétés de l’abbaye de Cîteaux avant 1132

Cette carte répertorie les lieux où l’abbaye de Cîteaux a acquis des biens (vignes et terres essentiellement) ou des droits (dîmes, diminution de dîmes, justice), avant 1132.

Biens et droits acquis par Cîteaux avant 1132

J’ai choisi la date de 1132 comme date charnière car le 10 février 1132 le pape Innocent II confirme les possessions de l’abbaye, dans sa bulle HABITANTES IN DOMO.

Les lieux ont été indiqués avec leur date de première attestation connue dans les chartes de l’abbaye. Ces actes n’étant pas datés, j’ai suivi les propositions de datation établies par Jean Marilier (Chartes et documents de l’abbaye de Cîteaux, 1098-1182, Rome, 1961).

Figurent les deux emplacements de l’abbaye : l’emplacement primitif, actuel lieu-dit La Forgeotte ; et l’emplacement actuel, que j’ai fait suivre de la date de 1106, date de consécration de la première église (aujourd’hui chapelle Saint-Edme).

Les coordonnées de deux lieux manquent de précision : Gémigny et Latrecey. Il s’agit de deux lieux aujourd’hui détruits. On ne leur connaît qu’une délimitation vague (voir le Dictionnaire topographique de la Côte-d’Or, en ligne).

Pour citer cet article : Coraline Rey, "Les propriétés de l’abbaye de Cîteaux avant 1132," Armaria, publié le 25/06/2017. URL : http://armaria.hypotheses.org/307, consulté le 21/11/2017.

Compte-rendu : M. G. Tomaino, Roberto di Molesme e la fondazione di Cîteaux

CR publié, dans sa version finale, dans : Revue d’Histoire Ecclésiastique, vol. 11, Issue 1-2, 2016, p. 257-258

Tomaino Maria Gemma, Roberto di Molesme e la fondazione di Cîteaux, nelle principali fonti storiche dell’XI e del XII secolo e nella Vita s. Roberti (XIII secolo). Nel IX centenario della morte di s. Roberto (1111-2011), Nerbini, Florence, 2014 (Quaestiones, 3).

Maria Gemma Tomaino nous livre la toute première monographie scientifique approfondie sur Robert de Molesme, fondateur de deux abbayes, Molesme et Cîteaux, et de deux courants monastiques. La figure de Robert a été l’objet d’interprétations différentes, depuis sa mort en 1111 et jusqu’à aujourd’hui. Sa canonisation, en 1222, est apparue comme une période d’accalmie dans le débat de la fondation de Cîteaux, qui opposait notamment bénédictins et cisterciens. Le but avéré de cet ouvrage, issu d’une thèse, est de reconstituer la vie de Robert et de réinterpréter la fondation de l’abbaye de Cîteaux dans le contexte de la réforme de l’Église au XIIe siècle, à travers une relecture originale des sources diplomatiques et hagiographiques, historiques et littéraires, ces dernières étant souvent peu utilisées. L’auteure propose donc une étude systématique du débat historiographique. Continuer la lecture de Compte-rendu : M. G. Tomaino, Roberto di Molesme e la fondazione di Cîteaux

Des chartes ornées espagnoles dans le fonds de l’abbaye de Cîteaux

Le fonds de l’abbaye de Cîteaux (Archives départementales de Côte-d’Or, 11 H) contient peu de chartes ornées. Au mieux trouve-t-on quelques seings manuels ou lettrines filigranées, notamment dans les diplômes des rois de France.

Une liasse fait exception à cet état de fait : la liasse 11 H 161. Elle contient des actes de constitution de rentes de rois espagnols. En réalité, il ne s’agit que de deux documents :

–         un acte du roi de Léon et de Galice, Alfonse IX (1188-1230) ;

–         un acte du roi de Castille et de Tolède, Ferrand, ou Ferdinand III (1217-1252).

Revenons sur le premier acte. Il mesure 235 x 135 mm (dont repli 15 mm). L’acte est daté de l’ère d’Espagne 1249, III des calendes de mai, soit 1211, 29 avril (n. st.). Le texte de la constitution de rente comprend huit lignes, puis suivent les souscriptions de prélats et de seigneurs, listées en deux colonnes, comme il est de coutume dans les actes espagnols[1]. La première colonne contient quatre témoins, la seconde, trois, et se termine sur le nom du notaire royal. Entre ces deux colonnes il est habituel de trouver le seing du roi[2]. Ici, plus qu’un seing, un lion est dessiné, la patte droite levée, la queue dressée, même ses poils sont rendus par de petits traits courbes. Le sceau de cire jaune, en mauvais état, est encore attaché à l’acte, sur lacets vert et rouge.

ADCO 11 H 161, 1211 (n. st.)

Le second acte mesure 350 x 335 mm (dont repli 40 mm). Il est daté de l’ère d’Espagne 1261, 20 février, soit 1223, 20 février (n. st.). Ferdinand III, roi de Castille et de Tolède, est le fils d’Alfonse IX. Il confirme la constitution de rente que son père a fait en 1211 (n. st.). Le texte commence par un chrismon compris dans un double cercle, agrémenté des lettres grecques Α et ώ (alpha en majuscule, omega en minuscule). Le texte de la confirmation se déroule sur onze lignes, suivent les noms des témoins, prélats et seigneurs, sur deux colonnes. Le premier nom est écrit sur l’espace des deux colonnes ; les deux colonnes contiennent dix noms chacune. Le nom du notaire royal se trouve à la fin de cette liste, écrit lui aussi sur l’espace des deux colonnes. Entre ces deux colonnes se trouve le seing du roi, sous forme de rota, appelé aussi signo rodado. Il est agrémenté d’une croix en son centre et de la légende « signum Ferrandus regis Castelle » en lettres capitales. Autour de ce seing, écrites en cercle, se trouvent également les confirmations de deux autres témoins. L’acte a perdu son sceau, mais la présence de trous dans le repli nous incite à penser que le sceau pendait sur lacs ou lacet comme l’acte précédent.

ADCO 11 H 161, 1223 (n. st.)

Si cette mise en page et ces signes graphiques sont communs dans la diplomatique espagnole, ils restent rares dans le fonds cistercien et méritent à ce titre toute notre attention.

NB : ce billet a été publié pour la première fois sur Laetus diaconus le 27 mai 2014.


[1] A. Giry, Manuel de diplomatique, 1894, p. 800-804.

[2] A. Giry, Manuel de diplomatique, 1894, p. 620-621.

Pour citer cet article : Coraline Rey, "Des chartes ornées espagnoles dans le fonds de l’abbaye de Cîteaux," Armaria, publié le 04/05/2017. URL : http://armaria.hypotheses.org/291, consulté le 21/11/2017.

Carte des abbayes cisterciennes de Bourgogne

Cette carte regroupe les abbayes cisterciennes d’hommes et de femmes de la Bourgogne actuelle. Elle a été présentée le 01 Avril 2017 lors du premier séminaire du projet de recherche « Économies cisterciennes » à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – LAMOP (sous la direction de Laurent Feller et Didier Panfili).

Abbayes cisterciennes de Bourgogne © Coraline REY

Pour citer cet article : Coraline Rey, "Carte des abbayes cisterciennes de Bourgogne," Armaria, publié le 13/04/2017. URL : http://armaria.hypotheses.org/282, consulté le 21/11/2017.