Archives de catégorie : Éditions

1173, les fortifications du château de Prémery, Nièvre : une erreur d’interprétation

L’acte daté de 1173 édité par René de Lespinasse en 1916, dans son Cartulaire de Saint-Cyr de Nevers, sous le n° 111 est conservé à la Bibliothèque nationale de France, Copie de Gaignières, sous la cote latin 9207, f. 21. L’édition est disponible en ligne à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k36204z/f208.image.r=Pr%C3%A9mery.langFR

René de Lespinasse a vu dans cet acte une autorisation de fortifier le château de Prémery. Jusqu’à présent, cette interprétation n’a pas été remise en cause.

Et pourtant, reconsidérer cette interprétation s’avère aujourd’hui nécessaire. D’abord parce que les premières lignes de cet acte évoque seulement la donation de Prémery, qui n’est pas qualifié : « dono et concedo […] Primiriacum ». En 1173, nous ne savons pas ce qu’est ce territoire : un manse, un village, une maison fortifiée ? Rien dans ce texte ne nous permet de le savoir.

C’est dans la suite de ce texte que nous trouvons l’idée de « fortification ». La forte présence du vocabulaire, du champ sémantique de « firmare » a cependant induit en erreur René de Lespinasse. Si nous observons plus attentivement ce vocabulaire, nous nous apercevons qu’il n’est pas en rapport avec la terre de Prémery : « firmare et firmitatem garentizare », « et ipse litteras nobis in invicem fecimus et sigillis nostris utrinque firmavimus », « ad majoris etiam robur firmitatis ». Il ne s’agit donc pas de fortifier ou faire fortifier un château (qui n’est d’ailleurs pas nommé), mais de fortifier une action juridique, ici la donation de Prémery, matérialisée par la charte.

L’emploi du champ sémantique de « firmare » dans le sens de conclure un traité ou valider un acte est connue et régulièrement utilisée par les scribes. Niermeyer, dans son Mediae Latinitatis Lexicon Minus, relève toute une liste d’acceptations pour ce terme[1]. Pour Du Cange, « firmare », c’est avant tout apporter la sécurité (« securitatem dare vel per se vel per fidejussores[2] »).

Dans ce texte, c’est le rapprochement entre le champ sémantique de « firmare » et le champ lexical de l’acte et de l’action juridique (« garentizare », « fiduciavi », « sigillis »…) qui nous permet de dire que cet acte n’est pas une autorisation de fortifier le château de Prémery, mais la simple donation d’un territoire, transaction que les protagonistes ont voulu à tout prix protéger.


[1] J. F. Niermeyer, Mediae Latinitatis Lexicon Minus, « firmare », p. 429-430.

[2] Du Cange, « firmare », Glossarium mediae et infimae latinitatis, 1883-1887, t. 3, col. 507c, disponible en ligne : http://ducange.enc.sorbonne.fr/FIRMARE1.

NB : billet publié la première fois sur le carnet de recherche Laetus diaconus le 19 juin 2014.

Pour citer cet article : Coraline Rey, "1173, les fortifications du château de Prémery, Nièvre : une erreur d’interprétation," Armaria, publié le 08/04/2017. URL : http://armaria.hypotheses.org/280, consulté le 21/11/2017.

Mise en ligne de mon mémoire de Master

Coraline REY, L’entreprise archivistique de Jean de Cirey, abbé de Cîteaux (1476-1501). Le dossier documentaire de la seigneurie de Villars en Côte-d’Or, Master sous la direction d’Eliana Magnani et Marie-José Gasse-Grandjean, Dijon, 2009[1].

Ce mémoire, parachevant deux années de recherches sur l’archivage et les processus de cartularisation à l’abbaye de Cîteaux au Moyen Âge, s’articule autour de cinq grandes parties. La partie introductive propose une analyse historiographique et présente la documentation utilisée. La deuxième partie expose le projet de Jean de Cirey à travers l’étude de la préface à ses cartulaires. La troisième partie évoque la gestion des archives à Cîteaux avant l’abbatiat de Jean de Cirey : processus de cartularisation, mentions portées au dos des actes, inventaires. La quatrième partie est réservée à l’entreprise de Jean de Cirey et à la postérité du chartrier. Enfin, la cinquième partie propose l’édition des 62 actes qui ont constitué la base de mon travail[2]. Annexes, sources, bibliographie et index viennent compléter ce travail.

Actuellement, ces recherches sont poursuivies dans le cadre d’une thèse de doctorat intitulée Archives et bibliothèque à Cîteaux, de l’original au “recueil” : scripturalité et visualité dans une entreprise d’écriture au Moyen Âge (XIIe siècle – début du XVIe siècle), sous la direction de Daniel Russo et Eliana Magnani.

NB : ce billet a précédemment été publié sur Laetus Diaconus.

Seing de Jean de Cirey


[1] Le mémoire peut aussi être téléchargé via la page Études et projets de recherche cisterciens du site CBMA, et également via la page de la Collection CBMA du BUCEMA.

[2] Cette édition a été intégrée à la base de données CBMA.

 

Pour citer cet article : Coraline Rey, "Mise en ligne de mon mémoire de Master," Armaria, publié le 15/12/2015. URL : http://armaria.hypotheses.org/247, consulté le 21/11/2017.

Un acte de Cîteaux dans le fonds de l’abbaye de Rosières, Archives départementales du Jura

La fondation de l’abbaye cistercienne de Rosières a été achevée en 1132 par Gaucher III, seigneur de Salins. Il n’en reste rien, mais on peut aujourd’hui la situer dans le village de La Ferté (canton d’Arbois, Jura), au lieu-dit Rosière, sur la rive droite de la Cuisance.

Les archives de l’abbaye sont conservées aux Archives départementales du Jura, fonds 19 H, et aux Archives départementales du Doubs, fonds 65 H.

Aux Archives départementales du Jura, sous la cote 19 H 8, se trouve un acte, daté de 1196, au nom de Gaucherus, seigneur de Salins. Cet acte rapporte que Gaucherus a fait don d’une muire, c’est-à-dire d’eau salée (muria), à l’abbaye de Rosières, cette muria étant à prélever sur son puits « du bourg » (sans doute faut-il comprendre Salins). Continuer la lecture de Un acte de Cîteaux dans le fonds de l’abbaye de Rosières, Archives départementales du Jura

Édition des actes de l’abbaye cistercienne de Maizières, XIIe siècle

Dans le cadre de l’ANR Charcis[1], j’ai transcrit les actes du XIIe siècle de l’abbaye de Maizières[2]. Cette édition livre la transcription de 77 actes originaux encore conservés dans les Archives départementales de Côte-d’Or et de Saône-et-Loire[3].

Elle est disponible sous deux formats :

DOCX : edition des actes Maizieres_REY

et PDF : edition des actes Maizieres_REY

ADSL, H 54/3
ADSL, H 54/3

[1] http://www.agence-nationale-recherche.fr/projet-anr/?tx_lwmsuivibilan_pi2[CODE]=ANR-12-CORP-0007.

[2] L’abbaye de Maizières se situe à 1,5 km à l’ouest de Saint-Loup-Géanges (anciennement Saint-Loup-de-la-Salle : canton Gergy, arrondissement Chalon-sur-Saône, département Saône-et-Loire).

[3] Mise à jour du fichier réalisée le 01/06/2015, sur les conseils de Dominique Stutzmann.

Pour citer cet article : Coraline Rey, "Édition des actes de l’abbaye cistercienne de Maizières, XIIe siècle," Armaria, publié le 22/04/2015. URL : http://armaria.hypotheses.org/146, consulté le 21/11/2017.