Les lettrines du cartulaire 192 (Cîteaux, XVe siècle)

Le cartulaire de Jean de Cirey, abbé de Cîteaux de 1476 à 1501, est aujourd’hui conservé aux Archives départementales de la Côte-d’Or, sous la cote « cartulaire 192 » (11 H 77). Il contient aujourd’hui neuf volumes[1]. Certains de ces volumes ont été composés par des notaires, et portent leurs signatures : c’est le cas du cartulaire 185 ou du cartulaire 189[2] qui portent les signatures de Morel et de Gobin. D’autres volumes, comme le cartulaire 190 ou le 192 ne portent pas de signature. Ils sont aussi composés avec plus de soin (taille des feuillets avant reliure mieux exécutée, mise en page plus aérée, écriture plus soignée).

Dans ce billet, je souhaite plus particulièrement évoquer les lettrines du cartulaire 192. Ce cartulaire est sans doute le plus soigné et le plus travaillé. Dans les autres volumes, les lettrines sont simplement ornées de cadeaux, typiques de la fin du XVe siècle. Ces lettrines sont toujours dessinées après la transcription des textes, en témoignent les encres de teintes différentes (presque toujours très noire pour les lettrines, alors que les encres des transcriptions présentent différentes nuances de brun), les lettres d’attentes ou les lettrines oubliées (les lettrines n’ont pas été dessinées dans le cartulaire 190).

La situation est différente pour le cartulaire 192. Le scribe a dessiné ses lettrines au fur et à mesure de la transcription, et non pas après la transcription de chaque texte, mais bien au début, la lettrine étant donc la première lettre à être écrite. Si les lettrines sont toujours ornées de cadeaux, le scribe était assurément formé à l’enluminure : il a ajouté à ses lettrines de nombreux visages, souvent caricaturaux, des fleurs, des poissons, beaucoup d’oiseaux à bec souvent très long picorant les visages, quelques animaux « serpentesques », des dragons, et même un cheval et un âne. Les visages et les animaux habitent les lettrines, mais certaines sont réellement anthropomorphes ou zoomorphes. Ce scribe avait une certaine maîtrise de l’enluminure, et les lettrines ne présentent aucune esquisse préparatoire.

La mise en page et la décoration de ce cartulaire nous amène à nous demander si ce volume a été écrit par un notaire, comme quelques autres. Nous ne pouvons pas savoir s’il a été écrit par un moine ou par un scribe professionnel, mais cette personne était sans doute habituée à écrire et à orner des manuscrits.

P1400267 P1400272 P1400265 P1400264 P1400261 P1400260 P1400250 P1400248 P1400246

[1] Archives départementales de la Côte-d’Or, cartulaires 185 à 193 (11 H 70 à 11 H 78). Ces cartulaires sont tous conçus sur un même modèle : ils mesurent plus ou moins 250 x 350 mm, sont reliés dans une couvrure de basane brune estampées de filets et de rosaces ; leur mise en page est sobre, claire. Les cartes sont transcrites selon un classement topographique, et chaque volume possède une table des chapitres. Chaque acte est précédé d’une rubrique donnant une analyse plus ou moins longue, de une à cinq lignes. Pour en savoir plus, se reporter à : C. Rey, L’entreprise archivistique de Jean de Cirey, abbé de Cîteaux (1476-1501). Le dossier documentaire de la seigneurie de Villars en Côte-d’Or, Mémoire de Master sous la direction d’Eliana Magnani et Marie-José Gasse-Grandjean, Dijon, 2009 (consulté le 30/06/15).

[2] Le cartulaire de Jean de Cirey a été entièrement numérisé par les Archives départementales de la Côte-d’Or et mis en ligne par l’équipe du projet CBMA – Chartae Burgundiae Medii Aevi : http://www.cbma-project.eu/21-accueil/43-cartulaire-g%C3%A9n%C3%A9ral-de-c%C3%BBteaux-dit-de-jean-de-cirey.html (consulté le 30/06/15).

Pour citer cet article : Coraline Rey, "Les lettrines du cartulaire 192 (Cîteaux, XVe siècle)," Armaria, publié le 30/06/2015. URL : http://armaria.hypotheses.org/181, consulté le 21/11/2017.

Le fonds des hospices de Mâcon : 1202 – XXe siècle

Le fonds des hospices de Mâcon (Saône-et-Loire) est aujourd’hui conservé dans son intégralité aux Archives municipales de Mâcon (http://www.macon.fr/Votre-mairie/Archives-municipales), dans la série GG (documents classés à la fin du XIXe siècle) et sous la cote H Dépôt (se référer au répertoire numérique Fonds des hospices de Mâcon, XVe-1901, H Dépôt, ainsi qu’à l’inventaire sommaire des Archives municipales de Mâcon, série GG). Ces archives, conservées pêle-mêle dans différents lieux de stockage – citons les Archives départementales de Saône-et-Loire et l’Hôtel-Dieu – sont aujourd’hui réunies. Désormais accessible dans son intégralité (excepté les documents soumis aux délais de communicabilité des archives), ce fonds comprend les archives de six établissements hospitaliers mâconnais : l’hôpital Notre-Dame du Bourgneuf, appelé dès le XVIIe siècle Hôtel-Dieu, dont le plus ancien document remonte à 1202 ; l’hospice de Joug-Dieu, situé dans l’actuel village de Crêches-sur-Saône ; l’hôpital Saint-Jacques, dont la vocation était d’accueillir les pèlerins de Compostelle ; la léproserie Saint-Clément ou Saint-Clair, située hors des murs de la ville ; la Charité, fondée en 1620 par Vincent de Paul ; la Providence ou hospice des Incurables, fondée en 1733 par l’abbé Louis Agut. Continuer la lecture de Le fonds des hospices de Mâcon : 1202 – XXe siècle