Sujet de thèse

Problématique de thèse :

Archives et bibliothèque à Cîteaux, de l’original au « recueil » : scripturalité et visualité dans une entreprise d’écriture au Moyen Âge (XIIe siècle – début du XVIe siècle)
Sous la direction de Eliana Magnani et Daniel Russo

Résumé de la thèse :

Ce projet de recherche doctorale porte sur l’organisation des productions scripturaires, sur les pratiques archivistiques et bibliothéconomiques de l’abbaye de Cîteaux, ainsi que sur les diverses formes qu’elles ont pu revêtir au cours du Moyen Âge : création et accroissement des fonds, organisation, préservation des documents, indexation et catalogage, relations avec les usagers…
Il est inscrit dans une historiographie récente, et aujourd’hui internationale, notamment celle de la literacy/littératie – Schriftlichkeit/scripturalité, de la place de l’écrit dans les sociétés, des liens entre archives et écrits, des liens entre objets écrits et modes d’accès à la connaissance : tout d’abord, avec les travaux d’anthropologie culturelle de Jack Goody (1919-), et les recherches pionnières en médiévistique de Michael Clanchy, qui attire l’attention sur le phénomène de « révolution » de l’écrit à partir du XIIe siècle ; ensuite avec le développement, dans les années 1980-1990, d’études touchant aussi bien la dialectique entre « mémoire et oubli » en matière de conservation et de transmission des documents (Patrick J. Geary), la « communauté textuelle » cimentant autour des productions écrites les groupes de lettrés et de non-lettrés (Brian Stock), que, dans le champ de la diplomatique, la « rhétorique visuelle » – la disposition du parchemin et des différents éléments qui composent l’aspect visible du document – et la culture écrite (Peter Rück [1934-2004]), dont celles des actes écrits et des archives cisterciennes (Elke Goez). En France, les travaux de Roger Chartier sur l’histoire de la culture écrite et des ses modalités d’accès, du XVe au XVIIIe siècle, ont également irrigué la recherche récente sur l’ « archéologie de l’écrit » au Moyen Âge (Pierre Chastang), la « fabrique des archives » (Etienne Anheim et Olivier Poncet), et le statut des « sources » en tant que « production sociale » (Joseph Morsel).
Ces études ont comme point commun de prendre en compte tous les aspects liés à la matérialité et à l’archéologie du document, à travers l’étude des processus de cartularisation, c’est-à-dire la mise en registre, la production d’un objet formé de copies de documents ; des processus d’inventaire, soit l’étude des nomenclatures des documents constituant le fonds d’archives – la collection Histoire des bibliothèques françaises, sous la direction d’André Vernet, fait la part belle à l’étude des inventaires de bibliothèques (1989) – ; des processus sociaux aboutissant aux tris de deux types, sélection ou classement, à la conservation, à la destruction ou à la restauration des archives et des manuscrits ; des systèmes d’écritures et des signes graphiques organisant l’écrit – lignes, ponctuation, systèmes de renvois ou encore espaces blancs – et de l’articulation entre le textuel et le visuel.
Jusqu’à présent, contrairement à ce que pourrait nous faire croire l’abondante documentation cistercienne – 1181 cotes aux Archives départementales de Côte-d’Or, et plus de 300 manuscrits conservés à la Bibliothèque municipale de Dijon – , ces considérations n’ont que très peu été prises en compte en ce qui concerne la production scripturaire de l’abbaye de Cîteaux, encore moins sur une période chronologiquement vaste ou pour la fin du Moyen Âge : Yolanta Zaluska a étudié les productions du scriptorium de l’abbaye au XIIe siècle ; le chanoine Jean Marilier (1920-1991) a édité les chartes et documents de 1098 à 1182. Ce projet se veut proche des considérations actuelles sur l’anthropologie cognitive, qui s’interroge sur les modes de pensée et de représentations culturelles, sur les conditions de production et de transmission de cette pensée. Les documents seront examinés d’un point de vue codicologique en prenant en compte l’objet-codex ; d’un point de vue diplomatique, comme l’ont fait Marlène Helias-Baron et Dominique Stutzmann pour la production écrite d’abbayes cisterciennes bourguignonnes ; d’un point de vue iconographique à travers l’étude des projets de décors et de reliures pour les registres et les manuscrits.
Cette étude sera aussi l’occasion de comparer le classement des archives avec l’ordonnancement de la bibliothèque de l’abbaye. Les archives et les bibliothèques monastiques, « lieux d’archivage et d’accumulation », forment souvent une unité et suivent les mêmes logiques sociales et culturelles : préciosité des productions scripturaires, les chartes et les manuscrits les plus précieux étant rangés et déposés dans le Trésor ; élaboration et sauvegarde de la mémoire de l’institution par la conservation des documents ; appréhension de l’appropriation communautaire du territoire et de l’espace à travers la gestion et la mise en forme de la production scripturaire. Car les archives, comme les bibliothèques monastiques, sont construites, voire structurées, en rapport avec les principes sociaux qui servent à ordonner et montrer une institution – par des liens identitaires, des signes de reconnaissance, des valeurs d’échange, des instruments de pouvoir ou encore des liens communautaires –, à en faire « un lieu » existant, un « lieu de savoir », matérialisant une représentation de la culture, « donnant corps au savoir et à la mémoire ».
C’est sous l’abbatiat de Jean de Cirey (1476-1501) que la situation des archives et de la bibliothèque est la mieux connue. Cet abbé a laissé à l’historien des traces matérielles exploitables et abondantes pour la compréhension des logiques propres à la société médiévale et, plus particulièrement, à la société monacale : le classement et la cotation des documents ; réalisation de cartulaires généraux ; le catalogage des livres ; l’entreprise de reliure dans les registres et dans les manuscrits ; impression des premiers ouvrages cisterciens, comme l’incunable de 1491 groupant les privilèges de l’Ordre.
La période chronologique envisagée, XIIe siècle – début du XVIe siècle, est vaste, ceci volontairement et à dessein, permettant ainsi d’inscrire les problématiques dans la longue durée, de dégager des permanences et des évolutions, voire des involutions, et de penser selon des ruptures et des moments significatifs dans la gestion et le classement de la documentation médiévale cistercienne. Ces siècles sont aussi une période de « révolution » de l’écrit, durant laquelle on assiste à l’apparition de nouveaux types d’écrits pragmatiques et de recueils – terriers, censiers, registres de comptabilité – ainsi qu’à leur multiplication, à un recours toujours plus conséquent à l’écrit qui touche toute la société : contrôle et centralisation de l’État, bureaucratisation des chancelleries et des communes. C’est également au prisme de ces transformations sociales qu’il faut envisager et comprendre le cas de l’abbaye de Cîteaux au Moyen Âge.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Carnet de recherche de Coraline REY – ISSN 2492-9336