Archives par mot-clé : archivistique

Un acte de Cîteaux dans le fonds de l’abbaye de Rosières, Archives départementales du Jura

La fondation de l’abbaye cistercienne de Rosières a été achevée en 1132 par Gaucher III, seigneur de Salins. Il n’en reste rien, mais on peut aujourd’hui la situer dans le village de La Ferté (canton d’Arbois, Jura), au lieu-dit Rosière, sur la rive droite de la Cuisance.

Les archives de l’abbaye sont conservées aux Archives départementales du Jura, fonds 19 H, et aux Archives départementales du Doubs, fonds 65 H.

Aux Archives départementales du Jura, sous la cote 19 H 8, se trouve un acte, daté de 1196, au nom de Gaucherus, seigneur de Salins. Cet acte rapporte que Gaucherus a fait don d’une muire, c’est-à-dire d’eau salée (muria), à l’abbaye de Rosières, cette muria étant à prélever sur son puits « du bourg » (sans doute faut-il comprendre Salins). Continuer la lecture de Un acte de Cîteaux dans le fonds de l’abbaye de Rosières, Archives départementales du Jura

La restauration des chartes de l’abbaye du Miroir (Saône-et-Loire)

L’abbaye du Miroir fut fille de Cîteaux, située dans l’actuel département de la Saône-et-Loire, près de Louhans (canton de Cuiseaux). Ce monastère fut fondé en 1131 par le seigneur Humbert de Coligny, puis réunifié à la mense de Cîteaux en 1610.

Son chartrier, bien qu’ayant subi un certain nombre de pertes (pillages, ventes des Biens nationaux, éparpillement des liasses au XIXe siècle), se trouve en grande partie conservé aux Archives départementales de Saône-et-Loire, sous les cotes H 81 à H 114. Continuer la lecture de La restauration des chartes de l’abbaye du Miroir (Saône-et-Loire)

Un classement archivistique au XVIIIe siècle : Cîteaux et les inventaires de Jean-Baptiste Lemort

Cette étude a vu le jour suite à l’observation des chartes de l’abbaye de Cîteaux, qui portent systématiquement en leur dos les traces d’un classement établi au XVIIIe siècle – date, analyse du contenu des actes et cote. Une série d’inventaires est venue compléter cette étude. Grâce à des analyses paléographiques et codicologiques, nous sommes capables de reconstituer les inventaires aujourd’hui éparpillés, de comprendre les pratiques de classement et les principes archivistiques retenus, enfin de dater plus précisément cette entreprise de réorganisation du chartrier de l’abbaye de Cîteaux. Cette entreprise est le fruit du travail d’un homme, Jean-Baptiste Lemort, qui s’est aussi révélé être un cartulariste efficace.

ADCO, 11 H 1099, "liasse Lemort"
ADCO, 11 H 1099, « liasse Lemort »

Pour lire cet article, paru dans le dernier numéro du BUCEMA : http://cem.revues.org/13491.

Billet paru pour la première fois sur Laetus Diaconus : http://laetusdiaconus.hypotheses.org/1453

Pour citer cet article : Coraline Rey, "Un classement archivistique au XVIIIe siècle : Cîteaux et les inventaires de Jean-Baptiste Lemort," Armaria, publié le 26/03/2015. URL : http://armaria.hypotheses.org/136, consulté le 21/11/2017.

L’écrit diplomatique en mouvement : la circulation de l’acte médiéval. Première journée d’études du GDR « Diplomatique »

Journée d’études du 27 mars 2009, organisée par le GDR 3177 « Diplomatique » (CNRS), coordination : Laurent Morelle (EPHE/LAMOP)

Compte rendu par Coraline Rey et Nicolas Perreaux (Université de Bourgogne)

La première journée d’étude du GDR diplomatique, sous la forme d’un atelier proposé par Laurent Morelle, souhaitait faire le point sur la circulation des actes écrits au Moyen Âge, ses implications, ses conditions et ses raisons . Inscrite dans les thématiques actuelles concernant la mémoire archivistique et la scripturalité, la journée s’est initialement construite autour de trois axes : 1. la « genèse ambulatoire » de l’acte, c’est-à-dire la création du document en plusieurs étapes, à la fois spatiales et chronologiques ; 2. « l’itinérance de l’acte », soit une réflexion à partir de la matérialité du document sur les modes et les formes de circulation, ainsi que les périls liés à ce mouvement ; 3. les actes dont la vocation est la circulation en elle-même, à l’instar des sauf-conduits, des privilèges commerciaux, des droits de réquisition ou encore des exemptions de taxe de passage. Articulées autour de dossiers de documents, les présentations diverses et riches ont permis à la fois de répondre à certains de ces points mais aussi de développer de nouveaux axes en rapport avec la thématique. Continuer la lecture de L’écrit diplomatique en mouvement : la circulation de l’acte médiéval. Première journée d’études du GDR « Diplomatique »