Archives par mot-clé : charte

Des chartes ornées espagnoles dans le fonds de l’abbaye de Cîteaux

Le fonds de l’abbaye de Cîteaux (Archives départementales de Côte-d’Or, 11 H) contient peu de chartes ornées. Au mieux trouve-t-on quelques seings manuels ou lettrines filigranées, notamment dans les diplômes des rois de France.

Une liasse fait exception à cet état de fait : la liasse 11 H 161. Elle contient des actes de constitution de rentes de rois espagnols. En réalité, il ne s’agit que de deux documents :

–         un acte du roi de Léon et de Galice, Alfonse IX (1188-1230) ;

–         un acte du roi de Castille et de Tolède, Ferrand, ou Ferdinand III (1217-1252).

Revenons sur le premier acte. Il mesure 235 x 135 mm (dont repli 15 mm). L’acte est daté de l’ère d’Espagne 1249, III des calendes de mai, soit 1211, 29 avril (n. st.). Le texte de la constitution de rente comprend huit lignes, puis suivent les souscriptions de prélats et de seigneurs, listées en deux colonnes, comme il est de coutume dans les actes espagnols[1]. La première colonne contient quatre témoins, la seconde, trois, et se termine sur le nom du notaire royal. Entre ces deux colonnes il est habituel de trouver le seing du roi[2]. Ici, plus qu’un seing, un lion est dessiné, la patte droite levée, la queue dressée, même ses poils sont rendus par de petits traits courbes. Le sceau de cire jaune, en mauvais état, est encore attaché à l’acte, sur lacets vert et rouge.

ADCO 11 H 161, 1211 (n. st.)

Le second acte mesure 350 x 335 mm (dont repli 40 mm). Il est daté de l’ère d’Espagne 1261, 20 février, soit 1223, 20 février (n. st.). Ferdinand III, roi de Castille et de Tolède, est le fils d’Alfonse IX. Il confirme la constitution de rente que son père a fait en 1211 (n. st.). Le texte commence par un chrismon compris dans un double cercle, agrémenté des lettres grecques Α et ώ (alpha en majuscule, omega en minuscule). Le texte de la confirmation se déroule sur onze lignes, suivent les noms des témoins, prélats et seigneurs, sur deux colonnes. Le premier nom est écrit sur l’espace des deux colonnes ; les deux colonnes contiennent dix noms chacune. Le nom du notaire royal se trouve à la fin de cette liste, écrit lui aussi sur l’espace des deux colonnes. Entre ces deux colonnes se trouve le seing du roi, sous forme de rota, appelé aussi signo rodado. Il est agrémenté d’une croix en son centre et de la légende « signum Ferrandus regis Castelle » en lettres capitales. Autour de ce seing, écrites en cercle, se trouvent également les confirmations de deux autres témoins. L’acte a perdu son sceau, mais la présence de trous dans le repli nous incite à penser que le sceau pendait sur lacs ou lacet comme l’acte précédent.

ADCO 11 H 161, 1223 (n. st.)

Si cette mise en page et ces signes graphiques sont communs dans la diplomatique espagnole, ils restent rares dans le fonds cistercien et méritent à ce titre toute notre attention.

NB : ce billet a été publié pour la première fois sur Laetus diaconus le 27 mai 2014.


[1] A. Giry, Manuel de diplomatique, 1894, p. 800-804.

[2] A. Giry, Manuel de diplomatique, 1894, p. 620-621.

1173, les fortifications du château de Prémery, Nièvre : une erreur d’interprétation

L’acte daté de 1173 édité par René de Lespinasse en 1916, dans son Cartulaire de Saint-Cyr de Nevers, sous le n° 111 est conservé à la Bibliothèque nationale de France, Copie de Gaignières, sous la cote latin 9207, f. 21. L’édition est disponible en ligne à l’adresse suivante : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k36204z/f208.image.r=Pr%C3%A9mery.langFR

René de Lespinasse a vu dans cet acte une autorisation de fortifier le château de Prémery. Jusqu’à présent, cette interprétation n’a pas été remise en cause.

Et pourtant, reconsidérer cette interprétation s’avère aujourd’hui nécessaire. D’abord parce que les premières lignes de cet acte évoque seulement la donation de Prémery, qui n’est pas qualifié : « dono et concedo […] Primiriacum ». En 1173, nous ne savons pas ce qu’est ce territoire : un manse, un village, une maison fortifiée ? Rien dans ce texte ne nous permet de le savoir.

C’est dans la suite de ce texte que nous trouvons l’idée de « fortification ». La forte présence du vocabulaire, du champ sémantique de « firmare » a cependant induit en erreur René de Lespinasse. Si nous observons plus attentivement ce vocabulaire, nous nous apercevons qu’il n’est pas en rapport avec la terre de Prémery : « firmare et firmitatem garentizare », « et ipse litteras nobis in invicem fecimus et sigillis nostris utrinque firmavimus », « ad majoris etiam robur firmitatis ». Il ne s’agit donc pas de fortifier ou faire fortifier un château (qui n’est d’ailleurs pas nommé), mais de fortifier une action juridique, ici la donation de Prémery, matérialisée par la charte.

L’emploi du champ sémantique de « firmare » dans le sens de conclure un traité ou valider un acte est connue et régulièrement utilisée par les scribes. Niermeyer, dans son Mediae Latinitatis Lexicon Minus, relève toute une liste d’acceptations pour ce terme[1]. Pour Du Cange, « firmare », c’est avant tout apporter la sécurité (« securitatem dare vel per se vel per fidejussores[2] »).

Dans ce texte, c’est le rapprochement entre le champ sémantique de « firmare » et le champ lexical de l’acte et de l’action juridique (« garentizare », « fiduciavi », « sigillis »…) qui nous permet de dire que cet acte n’est pas une autorisation de fortifier le château de Prémery, mais la simple donation d’un territoire, transaction que les protagonistes ont voulu à tout prix protéger.


[1] J. F. Niermeyer, Mediae Latinitatis Lexicon Minus, « firmare », p. 429-430.

[2] Du Cange, « firmare », Glossarium mediae et infimae latinitatis, 1883-1887, t. 3, col. 507c, disponible en ligne : http://ducange.enc.sorbonne.fr/FIRMARE1.

NB : billet publié la première fois sur le carnet de recherche Laetus diaconus le 19 juin 2014.