Archives par mot-clé : Cîteaux

Transfert de biens et transfert de documents au XIIe siècle

En 1197, les abbayes de Cîteaux et de Saint-Seine achètent des biens situés à Neuilly (ferme, commune actuelle de Pasques, Côte-d’Or) aux chanoines de Saint-Étienne de Dijon.

Ce transfert de biens s’est accompagné d’un transfert de documents entre institutions, les chartes passant d’un chartrier à un autre.

Pour lire la suite, rendez-vous sur Twitter.

Le cartulaire de l’office de la Porte, Cîteaux, fin XIVe-début XVe siècle

Le cartulaire de l’office de la Porte est conservé aux Archives départementales de la Côte-d’Or, sous la cote cartulaire 172 (11 H 69). Ce cartulaire de l’abbaye de Cîteaux a été écrit à la fin du XVe siècle ou au début du XVe siècle. Nous avons écrit à son sujet un fil à lire sur Twitter. Bonne lecture !

Des fragments de bibles glosées et de décrétales comme reliures de cartulaires à l’abbaye de Cîteaux

Une prospection des reliures de registres apporte souvent de belles surprises !

C’est en dépouillant le fonds de l’abbaye de Cîteaux aux Archives départementales de la Côte-d’Or, parfois avec un but bien précis (achever le dépouillement de tous les documents concernant la localité de Chaugey, de Vougeot, de Gilly…), souvent selon les envies et pour éviter la monotonie qui s’installe lors de longues journées – envie de varier les sources, les localités concernées, les matières –, que j’ai pu faire quelques découvertes intéressantes.

Au milieu du XVIIIe siècle, l’archiviste dijonnais Jean-Baptiste Lemort a réordonné le chartrier de l’abbaye de Cîteaux dans son intégralité. Cet archiviste avait, quelques années plus tôt, classer les chartes de l’abbaye du Miroir, en Saône-et-Loire (voir le billet intitulé « La restauration des chartes de l’abbaye du Miroir »).

Lemort a proposé un nouveau classement des actes originaux en « layette-cartable-liasse-cotte ». Il a inscrit de sa propre main des analyses au dos des actes, rédigé des inventaires, ainsi que des cartulaires.

C’est avec étonnement que j’ai pu découvrir les reliures de quelques-uns de ces registres, par exemple celle de l’inventaire 193, coté 11 H 57 ; celles du cartulaire 198, conservé en deux volumes sous les cotes 11 H 1035 (volume I) et 11 H 87 (volume II).

La reliure de l’inventaire 193

L’identification du texte a révélé qu’il s’agissait du livre IV des Décrétales de Grégoire IX (Titulus VII, De haereticis et Titulus XII, De homicidio voluntario vel casuali). Le texte, écrit sur deux colonnes, est entouré de commentaires, en plus petit module, occupant les quatre marges. Il était balisé par des lettres ornées ainsi que par des lettrines bleues et rouges.

La reliure du cartulaire 198

Il s’agit d’une Bible glosée, décorées de lettrines et pieds de mouche bleus et rouges. Le texte biblique est entouré des commentaires, écrits en plus petit module.

Le volume I présente des extraits de l’Evangile de Luc (VIII, 33-39 ; X, 18-23 ; X, 35-40 ; et VIII, 19-24). Le second volume comporte les psaumes 115 et 116, ainsi qu’un texte pour l’instant non identifié car l’écriture en est très effacée, mais dont la mise en page diffère totalement.

Il serait à présent intéressant d’une part de continuer le dépouillement des registres du XVIIIe siècle, d’autre part de comparer les résultats de ces recherches aux fragments de Bibles glosées conservés aujourd’hui à la Bibliothèque municipale de Dijon (par exemple mss 18, 19, 21, 23, 29).

AD Côte-d’Or, inventaire 190 (11 H 57)
AD Côte-d’Or, cartulaire 198, vol. 2 (11 H 87)
AD Côte-d’Or, cartulaire 198, vol. 2 (11 H 87)

NB : Article précédemment publié sur Laetus Diaconus.

Cotes et analyses des chartes de Cîteaux (XIIIe-XVIIIe siècle)

À l’abbaye de Cîteaux, depuis la deuxième moitié du XIIe siècle, les moins ont pris grand soin de conserver, de classer, et de transcrire leurs archives. Le classement a été plus ou moins régulièrement poursuivi au fil des siècles, jusqu’à la Révolution française. Les moines ont fait inscrire au dos des chartes des analyses des documents ainsi que des cotes, renvoyant au classement. Les dos des actes présentent aujourd’hui plusieurs couches d’inscriptions. Au cours de mes recherches, j’ai pu identifier et dater plusieurs de ces mentions.

  • L’analyse la plus ancienne, inscrite sans doute avant 1220. Cette analyse s’accompagne parfois d’un nom de lieu et d’un numéro d’ordre, traces d’un premier classement topographique, au sein duquel les actes recevaient un numéro.
  • L’analyse inscrite dans la première moitié du XIIIe siècle, sans doute entre 1220 et 1240. Elle n’a pas nécessairement été inscrite avec la cote en chiffres romains rouges, mais l’une et l’autre se complètent.
  • La cote en chiffres romains rouges, inscrite avant 1240. Les actes étaient classés par lieu, et ce chiffre (ici « XXVI ») correspond au vingt-sixième lieu. Dans chaque groupe topographique, les actes recevaient un numéro d’ordre, en chiffres romains noirs. Ce numéro était inscrit à la droite du dos. Il n’en reste qu’une trace sur notre exemple.
  • Au XIVe siècle, les moines ont poursuivi le classement topographique. Le nombre d’actes ayant considérablement augmenté, ils ont seulement repris et réinscrit les numéros d’ordre sous le forme « lra (pour littera) suivi d’un chiffre romain », le tout encadré.
  • À la fin du XVe siècle, l’abbé Jean de Cirey a fait reprendre entièrement le classement. Il conserve un classement topographique, mais il ne fait plus inscrire de numéro au dos des chartes. Il fait placer un nom de lieu (ici Flandria), ainsi qu’une analyse, le tout écrit avec une encre bien noire, dans un module épais. C’est également sous son abbatiat qu’a été inscrite une date en chiffres romains.
  • Au XVIe et au XVIIe siècle, le classement n’a pas été poursuivi de manière régulière. On trouve seulement un ou deux chiffres arabes au dos des actes (ici un seul « 10 »).
  • Ce n’est qu’au milieu du XVIIIe siècle que le classement a entièrement été repris par un archiviste, Jean-Baptiste Lemort. Il a lui-même inscrit une date, une analyse et une cote.
  • On trouve sur certains actes une cote inscrite au moment de la Révolution française, mais elle est rare (ici absente).

cotes et analyses ADCO, 11 H 155