Un acte de Cîteaux dans le fonds de l’abbaye de Rosières, Archives départementales du Jura

La fondation de l’abbaye cistercienne de Rosières a été achevée en 1132 par Gaucher III, seigneur de Salins. Il n’en reste rien, mais on peut aujourd’hui la situer dans le village de La Ferté (canton d’Arbois, Jura), au lieu-dit Rosière, sur la rive droite de la Cuisance.

Les archives de l’abbaye sont conservées aux Archives départementales du Jura, fonds 19 H, et aux Archives départementales du Doubs, fonds 65 H.

Aux Archives départementales du Jura, sous la cote 19 H 8, se trouve un acte, daté de 1196, au nom de Gaucherus, seigneur de Salins. Cet acte rapporte que Gaucherus a fait don d’une muire, c’est-à-dire d’eau salée (muria), à l’abbaye de Rosières, cette muria étant à prélever sur son puits « du bourg » (sans doute faut-il comprendre Salins).

AD Jura, 19 H 8. 1196
AD Jura, 19 H 8. 1196

Ce qui nous intéresse ici n’est pas le contenu de cet acte à proprement parler, mais des mentions qui apparaissent au dos de l’original. Étudiant les classements des archives de l’abbaye de Cîteaux, j’ai pu reconnaître facilement deux notes dorsales spécifiques à l’abbaye de Cîteaux : une main de la fin du XVe siècle, qui a apposé systématiquement une analyse et un nom de lieu au verso des actes, et une main du XVIIIe siècle, qui a écrit une date, une analyse et une cote. La mention du XVe siècle est celle datant de l’abbatiat de Jean de Cirey (1476-1501)[1]. Elle est toujours écrite dans un module épais. Ici, elle remploie une analyse du XIIIe siècle :

« Donum quod fecit dominus Galcherius dominus Salnensis monachis de Roseriis pro lavodio quod reparaverunt scilicet quolibet anno tantum de moria quam medietas unius mansi refundere consuevit. Salins » (analyse du XIIIe siècle en italique, ajouts du XVe siècle en gras).

Cette analyse est le témoin d’un classement des actes, mais aussi de la réalisation d’un cartulaire, le « cartulaire de Jean de Cirey », aujourd’hui conservé aux Archives départementales de la Côte-d’Or en neuf volumes[2].

La mention du XVIIIe siècle a, quant à elle, été apposée par un archiviste, Jean-Baptiste Lemort. Il a classé entièrement le fonds d’archives de l’abbaye et a attribué à chaque acte une cote reflétant la division du chartrier, en « layette, cartable, liasse, cotte »[3]. Il a noté une analyse et une date au verso de chaque acte.

AD Jura, 19 H 8, verso
AD Jura, 19 H 8, verso

Mais pourquoi cet acte, une donation à l’abbaye de Rosières, porte-t-il des mentions archivistiques propres à l’abbaye de Cîteaux ? Et pourquoi, aujourd’hui, cet acte se trouve-t-il dans le fonds de l’abbaye de Rosières, et non dans celui de Cîteaux ?

Pour répondre à la première question, il faut reconstituer la tradition de l’acte. Á Cîteaux, chaque campagne d’apposition de notes au dos des actes a été réalisée de manière contemporaine à la confection de cartulaires. La mention du XVe siècle nous apprend donc que cet acte a été copié dans le cartulaire de Jean de Cirey, dans le chapitre « Salins » (d’où la mention du nom de lieu). Le volume contenant ce chapitre est le cartulaire 193 (Archives départementales de Côte-d’Or, 11 H 78). Au f. 129r-v, nous retrouvons la transcription de cet acte, précédé de la rubrique :

« Donum quod fecit dominus Galcherius dominus Salnensis monachis de Roseriis pro lavodio quod reparaverunt scilicet quolibet anno tantum de moria quam medietas unius mansi refundere consuevit ».

Cette rubrique est donc identique à la mention portée au dos de l’original.

Avec tous ces indices, nous pouvons déduire que cet acte se trouvait à l’abbaye de Cîteaux, au moins depuis la fin du XVe siècle (analyse et cartulaire de Jean de Cirey), et jusqu’au milieu du XVIIIe siècle (classement de Jean-Baptiste Lemort).

Nous pouvons aller encore plus loin : dans le cartulaire 193, aux f. 133r-135r et 135r-137r, nous trouvons la transcription de deux actes, le premier daté du 21 décembre 1229, le second du 14 août 1229. Ces deux actes sont précédés d’une rubrique commune (f. 133r) :

« Carta acquisicionis muriarum a monasterio de Roseriis ut in aliis plenius declarantur ».

Il s’agit donc de deux actes faisant part de la donation de muires, par l’abbaye de Rosières, à l’abbaye de Cîteaux. Au Moyen Âge, lorsqu’une personne, physique ou morale, donnait un bien à une autre[4], il était courant qu’elle transmette également les archives se reportant à ce bien[5]. Ainsi l’acte de l’abbaye de Rosières s’est-il retrouvé dans le chartrier de Cîteaux, au plus tôt à la fin de l’année 1229.

Il faut également noter que les deux actes de 1229 ont été copiés au XIIIe siècle dans le cartulaire 167, au chapitre « Salins » (Archives départementales de Côte-d’Or, 11 H 67, f. 59r-61r, n° 19 et n° 20). Ce cartulaire a été confectionné c. 1262. Cependant, on ne trouve pas de trace de l’acte de 1196[6]. L’acte original présente bien une mention dorsale du XIIIe siècle (celle remployée par la main du XVe siècle), mais nous ne pouvons pas affirmer qu’elle ait été écrite à Cîteaux, même si elle en présente toutes les caractéristiques : analyse écrite sur une seule ligne, au base de l’acte, permettant de rester visible lorsque l’acte sera rangé, enroulé sur lui-même et maintenu par une ficelle.

Nous avons répondu à la première question, maintenant répondons à la seconde : pourquoi, aujourd’hui, cet acte se trouve-t-il dans le fonds de l’abbaye de Rosières, et non dans celui de Cîteaux ?

À la Révolution française, le fonds de l’abbaye de Cîteaux n’a pas été dispersé. Des archivistes scrupuleux ont également fait en sorte que le fonds arrive intact aux Archives départementales de Côte-d’Or, nouvellement créées (excepté quelques documents transmis aux acquéreurs des Biens nationaux). Ce n’est qu’une fois arrivés à Dijon, que le fonds a subi quelques dispersions. Jean Marilier indiquent que les documents ne concernant pas des propriétés situées en Côte-d’Or ont été envoyés dans les divers services d’archives (Jura, Marne, Saône-et-Loire notamment). Pour les actes du Jura, il écrit : « Seules les liasses concernant les domaines de Lons-le-Saunier, Salins, Besançon et Foucherans ont été déposées aux Archives départementales du Jura, où elles forment le fonds de l’abbaye de Cîteaux, sous la cote 17 H »[7]. C’est sans doute une fois arrivé dans le Jura qu’un archiviste a dû remarquer l’acte de l’abbaye de Rosières. Il l’aura alors réintégré dans le fonds de Rosières (19 H), sans se demander pourquoi cet acte se trouvait parmi les archives de Cîteaux.

Ce billet est ainsi un bon exemple illustrant à la fois la circulation des biens et des archives, les réseaux qui pouvaient se tisser entre les abbayes, et le soin apporté à la conservation des documents et à leur intégration dans le chartrier.

Transcription de l’acte AD Jura, 19 H 8, 1196 :

Ego Gaucherius dominus Salinensis notum facio presentibus et futuris voluntate et assensu eorum qui partem habent in puteo burgi mei donasse me et concessisse domino Willermo abbati de Roseriis et domui eius in perpetuam helemosinam tantum de moria quantum medietas unius mansi refundere consuevit. Cum enim lavodium ipsius putei iam pene decideret et ruine proximum nobis omnibus grande periculum intentaret, supradictus abbas de Roseriis et fratres domus ipsius videntes tam subitum periculum imminere eidem periculo cognaverunt et proposuerunt occurrere et lavodium pene dirutum quia ligneum erat ac vetustum propriis laboribus et impensis reedificare et lapideum facere semel tamen et non amplius in sempiternum. Sic enim ordinaverunt sic promiserunt nec aliquis aliquando potest aut debet aliud ab eis requirere vel eos in aliquo molestare etiam si lavodium ipsum mox ut semel fuerit consummatum quod absit contingeret ruere. Unde et nos tanto eorum operi et labori volentes in aliquo respondere et expensis eorum aliquid recompensare de communi consensu predictam eis helemosinam fecimus ut domus de Roseriis sine aliqua contradictione eandem helemosinam habeat et perpetuo eam iure possideat. Volo autem et precipio successoribus meis ut hoc factum ratum habeant et quicumque post me dominium castri de Bracon tenuerit domui de Roseriis hanc helemosinam manuteneat et ubi necesse fuerit garantiam ferat. Hanc donationem fecimus in manu Willermi abbatis de Roseriis et Willermi prioris et Garnerii cellerarii eiusdem domus, laudantibus et concedentibus Maura matre mea, Willermo fratre meo comite Matisconensi et aliis qui partem habebant in puteo coram testibus his : Petro de Molli Prato, Rogerio de Musneth, Willermo de Lai et fratribus eius Humberto et Hugone, Girardo filio Willermi de Sancto Johanne, Stephano de Malo Pertuso, Tyberto de Balmis et Hugone Grosso militibus, Gaucherio de Montegne presbitero et Bernone cliente. Ut autem hoc factum perpetuam habeat firmitatem et inviolabiliter observetur ipsum factum presenti scripto fecimus commendari et cartam istam sigillorum nostrorum mei scilicet et matris mee Maure et fratris mei Willermi comitis Matisconensis impressione signari. Anno Dominice Incarnationis millesimo centesimo nonagesimo sexto.

[1] Pour en savoir plus sur l’entreprise archivistique de Jean de Cirey, se reporter à C. Rey, L’entreprise archivistique de Jean de Cirey, abbé de Cîteaux (1476-1501). Le dossier documentaire de la seigneurie de Villars en Côte-d’Or, Mémoire de Master sous la direction d’Eliana Magnani et Marie-José Gasse-Grandjean, Dijon, 2009, disponible en ligne : documents.cbma-project.eu/divers/publications/Coraline%20REY_memoire%20Master%202_2009.pdf (consulté le 06/08/15).

[2] Ces volumes ont été numérisés par les Archives départementales de Côte-d’Or et mis en ligne sur le site Internet du projet CBMA – Chartae Burgundiae Medii Aevi : http://www.cbma-project.eu/21-accueil/43-cartulaire-g%C3%A9n%C3%A9ral-de-c%C3%BBteaux-dit-de-jean-de-cirey.html (consulté le 06/08/15).

[3] Pour en savoir plus sur le travail de Jean-Baptiste Lemort, se reporter à C. Rey, « Un classement archivistique au xviiie siècle : Cîteaux et les inventaires de Jean-Baptiste Lemort », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA, 18.2, 2014 : http://cem.revues.org/13491 (consulté le 06/08/15).

[4] Ou vendait, échangeait, des biens ou des droits.

[5] Ainsi, dans le fonds de Cîteaux conservé aux Archives départementales de Côte-d’Or (11 H), nous trouvons des archives de Saint-Étienne de Dijon, de l’abbaye cistercienne de Quincy, de l’abbaye de Saint-Seine, de l’abbaye Saint-Germain-des-Prés, etc. Inversement, dans le fonds de l’abbaye Saint-Vivant de Vergy (Archives départementales de Côte-d’Or, 21 H), nous trouvons des archives de Cîteaux.

[6] Il n’est en outre pas possible de se référer au cartulaire précédant, le cartulaire 169, confectionné c. 1238-1240 (Archives départementales de Côte-d’Or, 11 H 63). En effet, celui-ci a perdu environ la moitié de ses feuillets, dont le chapitre concernant Salins. Il nous reste une table des chapitres attestant seulement de la présence de cette section.

[7] Marilier Jean, Chartes et documents concernant l’abbaye de Cîteaux, 1098 – 1182, vol. 1, Roma, 1961 (Bibliotheca Cisterciensis), p. 4.


Une réflexion au sujet de « Un acte de Cîteaux dans le fonds de l’abbaye de Rosières, Archives départementales du Jura »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *