Cotes et analyses des chartes de Cîteaux (XIIIe-XVIIIe siècle)

À l’abbaye de Cîteaux, depuis la deuxième moitié du XIIe siècle, les moins ont pris grand soin de conserver, de classer, et de transcrire leurs archives. Le classement a été plus ou moins régulièrement poursuivi au fil des siècles, jusqu’à la Révolution française. Les moines ont fait inscrire au dos des chartes des analyses des documents ainsi que des cotes, renvoyant au classement. Les dos des actes présentent aujourd’hui plusieurs couches d’inscriptions. Au cours de mes recherches, j’ai pu identifier et dater plusieurs de ces mentions.

  • L’analyse la plus ancienne, inscrite sans doute avant 1220. Cette analyse s’accompagne parfois d’un nom de lieu et d’un numéro d’ordre, traces d’un premier classement topographique, au sein duquel les actes recevaient un numéro.
  • L’analyse inscrite dans la première moitié du XIIIe siècle, sans doute entre 1220 et 1240. Elle n’a pas nécessairement été inscrite avec la cote en chiffres romains rouges, mais l’une et l’autre se complètent.
  • La cote en chiffres romains rouges, inscrite avant 1240. Les actes étaient classés par lieu, et ce chiffre (ici « XXVI ») correspond au vingt-sixième lieu. Dans chaque groupe topographique, les actes recevaient un numéro d’ordre, en chiffres romains noirs. Ce numéro était inscrit à la droite du dos. Il n’en reste qu’une trace sur notre exemple.
  • Au XIVe siècle, les moines ont poursuivi le classement topographique. Le nombre d’actes ayant considérablement augmenté, ils ont seulement repris et réinscrit les numéros d’ordre sous le forme « lra (pour littera) suivi d’un chiffre romain », le tout encadré.
  • À la fin du XVe siècle, l’abbé Jean de Cirey a fait reprendre entièrement le classement. Il conserve un classement topographique, mais il ne fait plus inscrire de numéro au dos des chartes. Il fait placer un nom de lieu (ici Flandria), ainsi qu’une analyse, le tout écrit avec une encre bien noire, dans un module épais. C’est également sous son abbatiat qu’a été inscrite une date en chiffres romains.
  • Au XVIe et au XVIIe siècle, le classement n’a pas été poursuivi de manière régulière. On trouve seulement un ou deux chiffres arabes au dos des actes (ici un seul « 10 »).
  • Ce n’est qu’au milieu du XVIIIe siècle que le classement a entièrement été repris par un archiviste, Jean-Baptiste Lemort. Il a lui-même inscrit une date, une analyse et une cote.
  • On trouve sur certains actes une cote inscrite au moment de la Révolution française, mais elle est rare (ici absente).
cotes et analyses ADCO, 11 H 155

« Les livres de l’abbaye de Cîteaux… », communication, Amiens, 30 mai 2018

Le 30 mai prochain, nous présenterons, Marion Foucher et moi-même, une communication intitulée « Les livres de l’abbaye de Cîteaux à la fin du Moyen Âge. Espaces de stockage, mobilier et dispersion des manuscrits dans l’abbaye d’après le catalogue de Jean de Cirey (1480-1482) ».

Cette communication sera présentée dans le cadre du colloque qui se tiendra à Amiens les 29 et 30 mai : « Quel lieu choisir ? Implantation, représentation et mention de l’édifice et de l’objet (XIe-XVIe siècles) », organisé par J. Colaye et M. Quillent.

Programme JDI Amiens 29 et 30 mai 2018

Résumé :

Le catalogue, dressé en 1480-1482 sous l’abbatiat de Jean de Cirey (1476-1502), est une source d’un intérêt majeur pour la connaissance des manuscrits, de leur gestion et de leur stockage au sein de l’abbaye de la fin du Moyen Âge. À cette époque, les livres apparaissent largement disséminés non seulement dans l’abbaye (église, cloître, infirmerie…), mais aussi en dehors de ses murs, dans les résidences campagnardes ou urbaines de l’abbé (château de Gilly, Petit Cîteaux de Dijon), cette dispersion dépendant essentiellement de l’usage que l’on fait des ouvrages.

Dans l’abbaye, le rédacteur du catalogue suit un cheminement, livrant alors le témoignage le plus ancien sur l’organisation architecturale de Cîteaux, ainsi que sur le mobilier lié à l’étude et au stockage des ouvrages. Le travail de relocalisation de ces livres a été l’occasion de reprendre le plan de l’abbaye médiévale, particulièrement au niveau de l’armarium et la Librairie du dortoir. L’exercice est délicat, puisqu’il s’agit de restituer le plan de l’abbaye du XVe siècle, avec pour seules sources connexes les données des plans types (concept largement discutable en soi) des XIIe et XIIIe siècles, et la documentation tardive des XVIIe et XVIIIe siècles.

La réorganisation des multiples dépôts de livres réalisée par Jean de Cirey ou la création d’une librairie autonome regroupant 508 volumes à proximité du dortoir, sont des indices précieux quant à la pratique de la lecture et de l’étude au sein des monastères. Et ce, particulièrement à cette époque charnière où d’autres abbayes telles Sainte-Trinité de Fécamp, Saint-Thierry de Reims[1] ou Clairvaux[2], se dotent d’espaces similaires. Achevée en 1509, nous verrons que la grande bibliothèque de Cîteaux ne modifiera pas fondamentalement la gestion des livres dans l’espace abbatial.

[1] Jeudy Colette, « La bibliothèque cathédrale de Reims, témoin de l’humanisme en France au XVe siècle », Pratiques de la culture écrite en France au XVe siècle, Actes du colloque international du CNRS, Paris, 16-19 mai 1992, Louvain-la-Neuve, 1995, p. 75-91 ; Jeudy Colette et Riou Yves-François, « La bibliothèque cathédrale de Reims d’après l’inventaire de 1456 », Histoire des bibliothèques françaises. les bibliothèques médiévales du VIe siècle à 1530, 2008, p. 84-86 ; (éd BUR Michel, Saint-Thierry, une abbaye du VIe au XXe siècle, Saint-Thierry, Association des amis de l’abbaye de Saint-Thierry, 1979.

[2] Jeulin Paul, « Les transformations topographiques et architecturales de l’abbaye de Clairvaux », mélanges saint Bernard, Dijon, 1954, p. 325-341.

Le plan du château de Cordoux à la fin du XVe siècle (Courpalay, Seine-et-Marne)

À la fin du XVe siècle, Jean de Cirey, abbé de Cîteaux (1476-1501/1502), achète la seigneurie de Cordoux dans l’unique but de l’échanger avec l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés, contre la rente que les Cisterciens devaient sur le château de Gilly.

À l’occasion de ce rachat et de cet échange, des archives sont récupérées et des dossiers documentaires sont créés : terriers, registres de comptes, aveux et dénombrements, cartulaire. Une partie (ou l’ensemble ?) de ces papiers et parchemins sont restés dans le chartrier de Cîteaux, et se trouvent aujourd’hui conservés aux Archives départementales de la Côte-d’Or (11 H 456 à 467).

La liasse 11 H 467 conservent un document peu commun et par là remarquable : un plan du château de la seigneurie de Cordoux, dressés à la fin du XVe siècle. Ce plan a été dessiné sur huit feuilles de papier, dont je présente quelques clichés ici.

ADCO, 11 H 467

Continuer la lecture de Le plan du château de Cordoux à la fin du XVe siècle (Courpalay, Seine-et-Marne)

Une reliure fin XVe s. disparue

Aux Archives départementales de la Côte-d’Or se trouve un registre de l’abbaye de Cîteaux contenant le terrier des possessions de Beaune. Ce terrier a été écrit en 1485. Il a été relié sans doute à la fin du XVe siècle, comme bon nombre de registres d’archives ou de manuscrits de la bibliothèque. Ces reliures sont appelées « reliures Cirey », du nom de l’abbé qui les a fait exécuter, Jean de Cirey (1476-1502).

Aujourd’hui, la reliure du terrier coté 11 H 276 a disparu. Il ne reste que la couture et les trois nerfs fendus, typiques des reliures Cirey.

ADCO, 11 H 276. Terrier de Beaune
Dijon, BM, ms 175. Reliure Cirey restaurée. Armes de Cîteaux rapportées, XVIIe

Voir à propos des reliures de Cîteaux : M.F. Damongeot, « Les reliures médiévales de l’abbaye de Cîteaux. Quelques points de méthode pour l’histoire d’une bibliothèque », dans : La reliure médiévale, pour une description normalisée, G. Lanoë et G. grand (dir.), Brepols, 2008.

NB : l’abbatiat de Jean de Cirey est traditionnellement daté de 1476 à 1501, date de sa démission. Dans mon travail de doctorat, je propose la nouvelle date de 1502, suite à la découverte d’une charte établie à son nom, datée de février 1502 (n. st.).

Carnet de recherche de Coraline REY – ISSN 2492-9336