Compte-rendu : M. G. Tomaino, Roberto di Molesme e la fondazione di Cîteaux

CR publié, dans sa version finale, dans : Revue d’Histoire Ecclésiastique, vol. 11, Issue 1-2, 2016, p. 257-258

Tomaino Maria Gemma, Roberto di Molesme e la fondazione di Cîteaux, nelle principali fonti storiche dell’XI e del XII secolo e nella Vita s. Roberti (XIII secolo). Nel IX centenario della morte di s. Roberto (1111-2011), Nerbini, Florence, 2014 (Quaestiones, 3).

Maria Gemma Tomaino nous livre la toute première monographie scientifique approfondie sur Robert de Molesme, fondateur de deux abbayes, Molesme et Cîteaux, et de deux courants monastiques. La figure de Robert a été l’objet d’interprétations différentes, depuis sa mort en 1111 et jusqu’à aujourd’hui. Sa canonisation, en 1222, est apparue comme une période d’accalmie dans le débat de la fondation de Cîteaux, qui opposait notamment bénédictins et cisterciens. Le but avéré de cet ouvrage, issu d’une thèse, est de reconstituer la vie de Robert et de réinterpréter la fondation de l’abbaye de Cîteaux dans le contexte de la réforme de l’Église au XIIe siècle, à travers une relecture originale des sources diplomatiques et hagiographiques, historiques et littéraires, ces dernières étant souvent peu utilisées. L’auteure propose donc une étude systématique du débat historiographique.

La méthode suivie par M.G. Tomaino est simple, mais efficace : pour retracer la vie de Robert de Molesme, elle commente, source après source, tous les points sujets à discussion. Elle focalise son étude sur des sources directes, c’est-à-dire contemporaines et cisterciennes : le premier cartulaire de Molesme, l’Exordium Cistercii, l’Exordium Parvum, le Monitum d’Étienne Harding, etc. ; et sur une source indirecte, la Vie de saint Robert (BHL, Novum Supplementum, no 7265), écrite en 1222.

Le texte à proprement parler est divisé en deux grandes parties : la première s’intitule « La vie de Robert et le débat historiographique sur les origines de Cîteaux », la seconde « La Vita Sancti Roberti ». La première partie se compose de sept chapitres chronologiques, depuis la naissance de Robert jusqu’à sa mort en 1111 à Molesme. Dans chaque chapitre, et pour chaque étape de la vie de Robert, l’auteure utilise les détails de chacune des sources à sa disposition. Le premier chapitre présente le contexte géographique, historique et social de la Bourgogne et plus particulièrement du Tonnerrois, région dans laquelle Robert est né vers 1028-1029. L’auteure met en avant les liens unissant les personnes, les familles et les pouvoirs en place à l’époque, dans une zone placée sous l’influence de trois autorités : le duché de Bourgogne, l’évêché de Langres et le comté de Champagne. M.G. Tomaino rétablit toujours le contexte historique, afin de comprendre dans quelles circonstances la source a été écrite. Elle précise si le passage choisi est interpolé, réécrit ou faux. Elle fait une lecture critique et comparative des sources, mettant en lumière leur interdépendance. Elle s’emploie à toujours critiquer objectivement les historiens ayant écrit sur Robert de Molesme, tout en prenant position pour ou contre leurs assertions. Quelques auteurs reviennent souvent dans son raisonnement : Jean Leclercq, Jean Marilier, Michel De Waha, Jacques Laurent, Jean-Baptiste Van Damme, Chrysogonus Waddell, Jean-A. Lefèvre.

La seconde partie de l’ouvrage est une analyse de la Vie de saint Robert, seule source disponible pour étudier la jeunesse de l’abbé. L’auteure a choisi d’écrire six chapitres thématiques, en insistant toujours sur le contexte historique : prémices (méthodologie, édition, etc.), aspects fondamentaux de la Vita, évolution des états de perfection aux XIe et XIIe siècles, la figure de Robert de Molesme dans la Vita, la Vita et Grégoire le Grand, les miracles post mortem selon la Vita et le processus de canonisation. M.G. Tomaino cherche à éclaircir les liens entre le débat historique sur Robert et le débat sur la fondation de Cîteaux, en mettant en valeur les caractéristiques de l’originalité de cette source : la Vita est écrite selon un schéma typique du XIIIe siècle, prenant en compte un modèle de perfection, que nous trouvons dans d’autres œuvres hagiographiques contemporaines (noblesse et piété des géniteurs, conversion miraculeuse et intervention divine, vertu comme expression principale de la sainteté, accomplissement de miracles, etc.).

Tout au long de son travail, M.G. Tomaino retrace les étapes qui ont mené Robert à la fondation de Cîteaux : son élection comme prieur à l’abbaye Saint-Pierre de Celle, sa désignation comme abbé à la tête de Saint-Michel de Tonnerre (abbaye qu’il quittera pour des questions d’observance et de discipline), son élection comme prieur de Saint-Ayoul-en-Provins, son abbatiat à Saint-Pierre de Celle en 1074 après un passage à l’ermitage de Collan, puis la fondation de Molesme en 1075. Robert est à la recherche incessante d’une vie religieuse plus authentique, libre des influences extérieures, situation qui pourrait sembler paradoxale puisque Molesme est une abbaye fortement ancrée dans la noblesse territoriale, structurée selon le modèle traditionnel et clunisien des prieurés indépendants. Plutôt que d’une observance de la Règle de saint Benoît, M.G. Tomaino préfère parler d’une aspiration radicale à la pauvreté et à l’isolement, que nous trouvons également dans les autres mouvements de réforme du XIIe siècle. L’esprit de Cîteaux préexistait à la fondation de l’abbaye : à plusieurs reprises, elle compare les chartes d’Aulps (cella érigée en abbaye par Robert en 1097) et de Cîteaux, porteuses des mêmes principes. Elle rappelle également que les clauses réglant les rapports entre Aulps et Molesme constituent le premier noyau de la Carta Caritatis, charte constitutive du futur Ordre cistercien.

La grande force de cet ouvrage réside dans deux points : l’effort systématique de contextualisation historique, et l’effort de compilation de sources et d’ouvrages dispersés chronologiquement et linguistiquement. M.G. Tomaino propose une vision équilibrée et objective du débat historiographique depuis les années 1950. Cette œuvre n’est pas une biographie de Robert de Molesme, mais une recherche scientifique sur Robert et la fondation de Cîteaux. Elle prend en compte le contexte de la réforme de l’Église aux XIe et XIIe siècles, et replace la fondation de l’abbaye dans ce contexte de naissance du « nouveau monachisme », représenté par d’autres fondateurs de l’époque : Nil de Rossano († 1005), Romuald de Ravenne († 1027), Jean Gualbert († 1073), Bruno le Chartreux († 1101), Robert d’Arbrissel († 1116), Vital de Savigny († 1122), etc. Bien que M.G. Tomaino ait écrit un ouvrage sur Robert de Molesme, elle reste toujours consciente que la fondation de Cîteaux n’est pas l’œuvre d’un seul homme, mais est une œuvre « collective ».

Les autres parties du livre sont consacrées à la liste et à la présentation des sources et des ouvrages consultés : environ 180 références à des sources et plus de 380 références bibliographiques dans 6 langues, dont le latin. M.G. Tomaino dresse un tableau critique des documents utilisés et écartés, divisé en deux catégories : les sources cisterciennes, les sources bénédictines. Elle donne également une liste des documents douteux et interpolés. Un index, très pratique, intitulé « indice analitico », comprend des renvois vers les pages, vers d’autres notions, et des explications supplémentaires. Il s’agit d’un index de personnes, de lieux, mais aussi de choses (diocèses, chanoines, droit romain, martyrologe, etc.).

Si cet ouvrage se présente comme un ouvrage scientifique, aux nombreuses (voire très nombreuses) notes de bas de page, passée la barrière de la langue, il se veut facile d’accès. On regrettera seulement le relatif anonymat de l’auteure qui, à ce jour, ne semble pas avoir écrit d’articles sur son immense travail, qui se doit d’être diffusé.

Pour citer cet article : Coraline Rey, "Compte-rendu : M. G. Tomaino, Roberto di Molesme e la fondazione di Cîteaux," Armaria, publié le 14/06/2017. URL : https://armaria.hypotheses.org/300, consulté le 23/10/2017.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *