Défait de reliure : fragment d’un acte de vente du XVe siècle

fragment d'un acte en parchemin. Acte de vente du XVe siècle
Fragment d'un acte de vente, parchemin, XVe siècle

Les reliures des manuscrits et registres de l’époque médiévale et de l’époque moderne ont souvent été confectionnées à partir de remplois (ou réemplois) de parchemin, papier et peaux, sans doute en raison du coût élevé et de la rareté ou insuffisance de certains matériaux. On réutilisait alors les cuirs, les feuillets de parchemin et de papier, on les découpait et on confectionnait de nouvelles couvrures, des ais ou des gardes1 pour les volumes.

Souvent, dans le cadre de restauration, les reliures des manuscrits et des registres sont défaites. On redécouvre alors ces matériaux remployés, découpés en morceaux de diverses tailles. C’est ce qu’on appelle les défaits de reliure, ou défets.

Dorénavant, nombreux sont les services d’archives et les bibliothèques qui conservent et inventorient les défaits de reliure et les fragments de documents. Par exemple, les Archives départementales de la Côte-d’Or ont identifié et numérisé des fragments de manuscrits datés du VIIIe au XVIe siècles et remployés comme reliure (49 Fi 1-52). BabordNum, la bibliothèque numérique patrimoniale du réseau documentaire des universités de Bordeaux, met également en valeur ces (ses) fragments datant du XVe au XXe siècle, preuve en est que le remploi de documents anciens dans les reliures a perduré.

Les défaits sont également devenus l’objet de recherche, et je ne citerai ici que deux exemples : les travaux d’Eduardo Aubert2 portant sur les chants médiévaux, ainsi que le projet Fragmentarium et sa revue en open access Fragmentology.

Les Archives départementales du Var conservent également des fragments issus de reliures. Ceux-ci ont été remis à plat afin d’assurer leur bonne conservation. Jusqu’à présent, ils n’ont pas été inventoriés. Ce travail d’identification est en cours, et, avant leur mise à disposition aux publics, ils seront valorisés sur ce carnet de recherche et sur le site Internet des Archives.

Fragment d’un acte de vente du XVe siècle

fragment d'un acte en parchemin. Acte de vente du XVe siècle
Fragment d’un acte de vente, parchemin, XVe siècle (photomontage)

Ce fragment mesure aujourd’hui 150-155 mm de largeur x 100-102 mm de hauteur. Le parchemin est taché et troué. Le texte est très partiel car il ne nous reste sans doute qu’un quart du document original.

Il s’ouvre sur l’invocation In nomine Domini nostri Jhesu Christi Amen. Le « i » majuscule a été dessiné sous forme de poisson à onze écailles.

La date de l’acte est manquante car elle se trouvait sur une partie découpée, mais l’écriture peut être datée du XVe siècle.

On peut lire, juste après l’invocation anno Incarnationis […]. Mais, même si l’acte est fortement amputé, on peut lire qu’un certain Hugo Negrell[…] et d’autres personnes non identifiées ont vendu (vendiderunt) un bien situé sur le territoire de La Tour-d’Aigues (sitam in teritorio de Ture Ayguesii), actuelle commune du Vaucluse.

Ce texte évoque également un prieuré, peut-être le bénéficiaire de la transaction. Et nous savons qu’au Moyen Âge, l’abbaye Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon possédait un prieuré à La Tour-d’Aigues.

Au-delà du texte, un mystère plane, relatif à l’histoire et à la conservation de ce parchemin : on ne sait pas de quelle reliure a pu être extrait ce fragment, et on ne peut pas, actuellement, comprendre comment un acte relatif à une localité et à un prieuré du Vaucluse ont pu se retrouver aux Archives départementales du Var.



Citer ce billet
Coraline Rey (2023, 13 avril). Défait de reliure : fragment d’un acte de vente du XVe siècle. Armaria. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/cz45

  1. La couvrure est le « garnissage des plats et du dos du volume d’un matériau souple tel que peau, étoffe… ». Un ais est une « plaque de bois ou de carton qui forme l’armature du plat ». Le plat est la « pièce de matériau plus ou moins rigide qui vient s’appliquer contre le premier ou le dernier feuillet du volume ». Une garde est un « feuillet de protection laissé blanc ou ajouté (en blanc ou remployant un feuillet écrit) en tête ou à la fin du volume », Denis Muzerelle, Vocabulaire codicologique. En ligne : http://www.palaeographia.org/vocabulaire/vocab.htm, et inclus dans l’application Codicologia : http://codicologia.irht.cnrs.fr/. []
  2. Eduardo Henrik Aubert, « Nova cluniacensia : les feuillets de garde du manuscrit Paris BnF nal 1236 et la création de la liturgie clunisienne », BUCEMA – Bulletin du Centre d’Études Médiévales d’Auxerre, 16, 2012, en ligne : https://journals.openedition.org/cem/12502 ; « Cantus Burgundiensis. Les fragments de livres de chant grégorien dans les fonds des archives départementales de Bourgogne (Côte-d’Or, Nièvre, Saône-et-Loire et Yonne) », BUCEMA – Bulletin du Centre d’Études Médiévales d’Auxerre, 15, 2011, p. 3196-321, en ligne : https://journals.openedition.org/cem/12006. []

Par Coraline Rey

Docteure en Histoire médiévale, chercheure associée LEM-CERCOR Référente archives numériques, Archives départementales du Var

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search