Archives de catégorie : Archives / manuscrits

« Les livres de l’abbaye de Cîteaux… », communication, Amiens, 30 mai 2018

Le 30 mai prochain, nous présenterons, Marion Foucher et moi-même, une communication intitulée « Les livres de l’abbaye de Cîteaux à la fin du Moyen Âge. Espaces de stockage, mobilier et dispersion des manuscrits dans l’abbaye d’après le catalogue de Jean de Cirey (1480-1482) ».

Cette communication sera présentée dans le cadre du colloque qui se tiendra à Amiens les 29 et 30 mai : « Quel lieu choisir ? Implantation, représentation et mention de l’édifice et de l’objet (XIe-XVIe siècles) », organisé par J. Colaye et M. Quillent.

Programme JDI Amiens 29 et 30 mai 2018

Résumé :

Le catalogue, dressé en 1480-1482 sous l’abbatiat de Jean de Cirey (1476-1502), est une source d’un intérêt majeur pour la connaissance des manuscrits, de leur gestion et de leur stockage au sein de l’abbaye de la fin du Moyen Âge. À cette époque, les livres apparaissent largement disséminés non seulement dans l’abbaye (église, cloître, infirmerie…), mais aussi en dehors de ses murs, dans les résidences campagnardes ou urbaines de l’abbé (château de Gilly, Petit Cîteaux de Dijon), cette dispersion dépendant essentiellement de l’usage que l’on fait des ouvrages.

Dans l’abbaye, le rédacteur du catalogue suit un cheminement, livrant alors le témoignage le plus ancien sur l’organisation architecturale de Cîteaux, ainsi que sur le mobilier lié à l’étude et au stockage des ouvrages. Le travail de relocalisation de ces livres a été l’occasion de reprendre le plan de l’abbaye médiévale, particulièrement au niveau de l’armarium et la Librairie du dortoir. L’exercice est délicat, puisqu’il s’agit de restituer le plan de l’abbaye du XVe siècle, avec pour seules sources connexes les données des plans types (concept largement discutable en soi) des XIIe et XIIIe siècles, et la documentation tardive des XVIIe et XVIIIe siècles.

La réorganisation des multiples dépôts de livres réalisée par Jean de Cirey ou la création d’une librairie autonome regroupant 508 volumes à proximité du dortoir, sont des indices précieux quant à la pratique de la lecture et de l’étude au sein des monastères. Et ce, particulièrement à cette époque charnière où d’autres abbayes telles Sainte-Trinité de Fécamp, Saint-Thierry de Reims[1] ou Clairvaux[2], se dotent d’espaces similaires. Achevée en 1509, nous verrons que la grande bibliothèque de Cîteaux ne modifiera pas fondamentalement la gestion des livres dans l’espace abbatial.

[1] Jeudy Colette, « La bibliothèque cathédrale de Reims, témoin de l’humanisme en France au XVe siècle », Pratiques de la culture écrite en France au XVe siècle, Actes du colloque international du CNRS, Paris, 16-19 mai 1992, Louvain-la-Neuve, 1995, p. 75-91 ; Jeudy Colette et Riou Yves-François, « La bibliothèque cathédrale de Reims d’après l’inventaire de 1456 », Histoire des bibliothèques françaises. les bibliothèques médiévales du VIe siècle à 1530, 2008, p. 84-86 ; (éd BUR Michel, Saint-Thierry, une abbaye du VIe au XXe siècle, Saint-Thierry, Association des amis de l’abbaye de Saint-Thierry, 1979.

[2] Jeulin Paul, « Les transformations topographiques et architecturales de l’abbaye de Clairvaux », mélanges saint Bernard, Dijon, 1954, p. 325-341.

Le plan du château de Cordoux à la fin du XVe siècle (Courpalay, Seine-et-Marne)

À la fin du XVe siècle, Jean de Cirey, abbé de Cîteaux (1476-1501/1502), achète la seigneurie de Cordoux dans l’unique but de l’échanger avec l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés, contre la rente que les Cisterciens devaient sur le château de Gilly.

À l’occasion de ce rachat et de cet échange, des archives sont récupérées et des dossiers documentaires sont créés : terriers, registres de comptes, aveux et dénombrements, cartulaire. Une partie (ou l’ensemble ?) de ces papiers et parchemins sont restés dans le chartrier de Cîteaux, et se trouvent aujourd’hui conservés aux Archives départementales de la Côte-d’Or (11 H 456 à 467).

La liasse 11 H 467 conservent un document peu commun et par là remarquable : un plan du château de la seigneurie de Cordoux, dressés à la fin du XVe siècle. Ce plan a été dessiné sur huit feuilles de papier, dont je présente quelques clichés ici.

ADCO, 11 H 467

Continuer la lecture de Le plan du château de Cordoux à la fin du XVe siècle (Courpalay, Seine-et-Marne)

Une reliure fin XVe s. disparue

Aux Archives départementales de la Côte-d’Or se trouve un registre de l’abbaye de Cîteaux contenant le terrier des possessions de Beaune. Ce terrier a été écrit en 1485. Il a été relié sans doute à la fin du XVe siècle, comme bon nombre de registres d’archives ou de manuscrits de la bibliothèque. Ces reliures sont appelées « reliures Cirey », du nom de l’abbé qui les a fait exécuter, Jean de Cirey (1476-1502).

Aujourd’hui, la reliure du terrier coté 11 H 276 a disparu. Il ne reste que la couture et les trois nerfs fendus, typiques des reliures Cirey.

ADCO, 11 H 276. Terrier de Beaune
Dijon, BM, ms 175. Reliure Cirey restaurée. Armes de Cîteaux rapportées, XVIIe

Voir à propos des reliures de Cîteaux : M.F. Damongeot, « Les reliures médiévales de l’abbaye de Cîteaux. Quelques points de méthode pour l’histoire d’une bibliothèque », dans : La reliure médiévale, pour une description normalisée, G. Lanoë et G. grand (dir.), Brepols, 2008.

NB : l’abbatiat de Jean de Cirey est traditionnellement daté de 1476 à 1501, date de sa démission. Dans mon travail de doctorat, je propose la nouvelle date de 1502, suite à la découverte d’une charte établie à son nom, datée de février 1502 (n. st.).

Des chartes ornées espagnoles dans le fonds de l’abbaye de Cîteaux

Le fonds de l’abbaye de Cîteaux (Archives départementales de Côte-d’Or, 11 H) contient peu de chartes ornées. Au mieux trouve-t-on quelques seings manuels ou lettrines filigranées, notamment dans les diplômes des rois de France.

Une liasse fait exception à cet état de fait : la liasse 11 H 161. Elle contient des actes de constitution de rentes de rois espagnols. En réalité, il ne s’agit que de deux documents :

–         un acte du roi de Léon et de Galice, Alfonse IX (1188-1230) ;

–         un acte du roi de Castille et de Tolède, Ferrand, ou Ferdinand III (1217-1252).

Revenons sur le premier acte. Il mesure 235 x 135 mm (dont repli 15 mm). L’acte est daté de l’ère d’Espagne 1249, III des calendes de mai, soit 1211, 29 avril (n. st.). Le texte de la constitution de rente comprend huit lignes, puis suivent les souscriptions de prélats et de seigneurs, listées en deux colonnes, comme il est de coutume dans les actes espagnols[1]. La première colonne contient quatre témoins, la seconde, trois, et se termine sur le nom du notaire royal. Entre ces deux colonnes il est habituel de trouver le seing du roi[2]. Ici, plus qu’un seing, un lion est dessiné, la patte droite levée, la queue dressée, même ses poils sont rendus par de petits traits courbes. Le sceau de cire jaune, en mauvais état, est encore attaché à l’acte, sur lacets vert et rouge.

ADCO 11 H 161, 1211 (n. st.)

Le second acte mesure 350 x 335 mm (dont repli 40 mm). Il est daté de l’ère d’Espagne 1261, 20 février, soit 1223, 20 février (n. st.). Ferdinand III, roi de Castille et de Tolède, est le fils d’Alfonse IX. Il confirme la constitution de rente que son père a fait en 1211 (n. st.). Le texte commence par un chrismon compris dans un double cercle, agrémenté des lettres grecques Α et ώ (alpha en majuscule, omega en minuscule). Le texte de la confirmation se déroule sur onze lignes, suivent les noms des témoins, prélats et seigneurs, sur deux colonnes. Le premier nom est écrit sur l’espace des deux colonnes ; les deux colonnes contiennent dix noms chacune. Le nom du notaire royal se trouve à la fin de cette liste, écrit lui aussi sur l’espace des deux colonnes. Entre ces deux colonnes se trouve le seing du roi, sous forme de rota, appelé aussi signo rodado. Il est agrémenté d’une croix en son centre et de la légende « signum Ferrandus regis Castelle » en lettres capitales. Autour de ce seing, écrites en cercle, se trouvent également les confirmations de deux autres témoins. L’acte a perdu son sceau, mais la présence de trous dans le repli nous incite à penser que le sceau pendait sur lacs ou lacet comme l’acte précédent.

ADCO 11 H 161, 1223 (n. st.)

Si cette mise en page et ces signes graphiques sont communs dans la diplomatique espagnole, ils restent rares dans le fonds cistercien et méritent à ce titre toute notre attention.

NB : ce billet a été publié pour la première fois sur Laetus diaconus le 27 mai 2014.


[1] A. Giry, Manuel de diplomatique, 1894, p. 800-804.

[2] A. Giry, Manuel de diplomatique, 1894, p. 620-621.

Pour citer cet article : Coraline Rey, "Des chartes ornées espagnoles dans le fonds de l’abbaye de Cîteaux," Armaria, publié le 04/05/2017. URL : https://armaria.hypotheses.org/291, consulté le 17/07/2018.