Archives par mot-clé : archives

Cotes et analyses des chartes de Cîteaux (XIIIe-XVIIIe siècle)

À l’abbaye de Cîteaux, depuis la deuxième moitié du XIIe siècle, les moins ont pris grand soin de conserver, de classer, et de transcrire leurs archives. Le classement a été plus ou moins régulièrement poursuivi au fil des siècles, jusqu’à la Révolution française. Les moines ont fait inscrire au dos des chartes des analyses des documents ainsi que des cotes, renvoyant au classement. Les dos des actes présentent aujourd’hui plusieurs couches d’inscriptions. Au cours de mes recherches, j’ai pu identifier et dater plusieurs de ces mentions.

  • L’analyse la plus ancienne, inscrite sans doute avant 1220. Cette analyse s’accompagne parfois d’un nom de lieu et d’un numéro d’ordre, traces d’un premier classement topographique, au sein duquel les actes recevaient un numéro.
  • L’analyse inscrite dans la première moitié du XIIIe siècle, sans doute entre 1220 et 1240. Elle n’a pas nécessairement été inscrite avec la cote en chiffres romains rouges, mais l’une et l’autre se complètent.
  • La cote en chiffres romains rouges, inscrite avant 1240. Les actes étaient classés par lieu, et ce chiffre (ici « XXVI ») correspond au vingt-sixième lieu. Dans chaque groupe topographique, les actes recevaient un numéro d’ordre, en chiffres romains noirs. Ce numéro était inscrit à la droite du dos. Il n’en reste qu’une trace sur notre exemple.
  • Au XIVe siècle, les moines ont poursuivi le classement topographique. Le nombre d’actes ayant considérablement augmenté, ils ont seulement repris et réinscrit les numéros d’ordre sous le forme « lra (pour littera) suivi d’un chiffre romain », le tout encadré.
  • À la fin du XVe siècle, l’abbé Jean de Cirey a fait reprendre entièrement le classement. Il conserve un classement topographique, mais il ne fait plus inscrire de numéro au dos des chartes. Il fait placer un nom de lieu (ici Flandria), ainsi qu’une analyse, le tout écrit avec une encre bien noire, dans un module épais. C’est également sous son abbatiat qu’a été inscrite une date en chiffres romains.
  • Au XVIe et au XVIIe siècle, le classement n’a pas été poursuivi de manière régulière. On trouve seulement un ou deux chiffres arabes au dos des actes (ici un seul « 10 »).
  • Ce n’est qu’au milieu du XVIIIe siècle que le classement a entièrement été repris par un archiviste, Jean-Baptiste Lemort. Il a lui-même inscrit une date, une analyse et une cote.
  • On trouve sur certains actes une cote inscrite au moment de la Révolution française, mais elle est rare (ici absente).
cotes et analyses ADCO, 11 H 155

Une reliure fin XVe s. disparue

Aux Archives départementales de la Côte-d’Or se trouve un registre de l’abbaye de Cîteaux contenant le terrier des possessions de Beaune. Ce terrier a été écrit en 1485. Il a été relié sans doute à la fin du XVe siècle, comme bon nombre de registres d’archives ou de manuscrits de la bibliothèque. Ces reliures sont appelées « reliures Cirey », du nom de l’abbé qui les a fait exécuter, Jean de Cirey (1476-1502).

Aujourd’hui, la reliure du terrier coté 11 H 276 a disparu. Il ne reste que la couture et les trois nerfs fendus, typiques des reliures Cirey.

ADCO, 11 H 276. Terrier de Beaune
Dijon, BM, ms 175. Reliure Cirey restaurée. Armes de Cîteaux rapportées, XVIIe

Voir à propos des reliures de Cîteaux : M.F. Damongeot, « Les reliures médiévales de l’abbaye de Cîteaux. Quelques points de méthode pour l’histoire d’une bibliothèque », dans : La reliure médiévale, pour une description normalisée, G. Lanoë et G. grand (dir.), Brepols, 2008.

NB : l’abbatiat de Jean de Cirey est traditionnellement daté de 1476 à 1501, date de sa démission. Dans mon travail de doctorat, je propose la nouvelle date de 1502, suite à la découverte d’une charte établie à son nom, datée de février 1502 (n. st.).

De la nécessité de consulter les comptes dans une étude sur les cartulaires à Cîteaux

Le fonds d’archives de l’abbaye de Cîteaux conservé aux Archives départementales de la Côte-d’Or comprend essentiellement des actes de la pratique concernant le temporel de la maison-mère. Longtemps les historiens ont déploré la perte des archives de l’Ordre de Cîteaux, comme celles de la comptabilité (on pense en premier lieu à l’article de Ferdinand Claudon, « A propos des archives de Cîteaux », Saint Bernard et son temps, Association bourguignonne des Sociétés savantes, congrès de 1927, t. I, Dijon, 1928, p. 113-120). Certes, proportionnellement à la masse d’actes de la pratique, les documents comptables sont peu nombreux (23 cotes sur 1181, toutes époques confondues), et concerne les XIVe-XVIIIe siècles.

Si aujourd’hui l’entreprise archivistique de l’abbé Jean de Cirey (1476-1501) commence à être bien connue, notamment grâce aux travaux effectués au sein de l’UMR ARTéHIS[1], nous sommes encore loin de connaître les tenants et les aboutissants de cet immense travail archivistique, qui comprenait une réorganisation complète du chartrier de l’abbaye, des copies exhaustives et fidèles de tous les actes concernant le temporel de l’abbaye, la constitution de terriers, l’impression des premiers ouvrages, ou encore une vaste campagne de reliure des registres et des manuscrits de la bibliothèque. Continuer la lecture de De la nécessité de consulter les comptes dans une étude sur les cartulaires à Cîteaux

Compte-rendu « Les pratiques de l’écrit dans les abbayes cisterciennes (XIIe- milieu du XVIe siècle). Produire, échanger, contrôler, conserver ».

Colloque international organisé les 28-30 octobre 2015 par les Archives départementales de l’Aube.

Compte-rendu par Marlène Helias-Baron et Coraline Rey

Journée du mercredi 28 octobre

Benoît-Michel TOCK, ouvrant le colloque, a rappelé que le phénomène de l’écrit cistercien devait être pris dans sa globalité : les mêmes moines géraient toute l’écriture dans un même monastère. La production écrite, très diversifiée, peut être appréhendée, catégorisée selon deux critères : livres et archives, ou textes indispensables (textes bibliques, diplomatiques, spirituels ou théologiques) et textes seulement utiles (textes hagiographiques, historiques). Si nous dressons un inventaire des sources narratives cisterciennes du XIIsiècle, nous remarquons que les hagiographies ou les textes historiques sont peu nombreux. Cependant, à partir du début du XIIIe siècle, les cisterciens semblent s’intéresser davantage à leur passé. La question des pertes reste très importante : les pertes sont variables selon les genres documentaires et textuels. Par exemple, les textes réglementaires et les statuts auraient subi le plus de pertes. Chaque abbaye devait théoriquement avoir un exemplaire des statuts, or nous ne disposons aujourd’hui que de dix-neuf manuscrits des Usus conversorum et une poignée d’Ecclesiastica officia. Les fonds diplomatiques ont également subi des pertes, mais il est difficile de proposer des chiffres précis. Pour les bibliothèques, le problème est le même : 50 manuscrits du XIIe siècle sont actuellement conservés pour Clairvaux, mais il y en avait sûrement plus de 100. Des découvertes restent à faire dans les fonds d’archives, des travaux doivent être menés notamment sur les XIIIe-XVsiècles, sur les textes liturgiques, historiographiques etc., même si des ressources électroniques sont à présent disponibles pour travailler sur les écrits cisterciens : Chartae Galliae[1], CBMA[2], CartulR[3], CartReg[4], les projets Scripta[5] et Charcis[6]. Continuer la lecture de Compte-rendu « Les pratiques de l’écrit dans les abbayes cisterciennes (XIIe- milieu du XVIe siècle). Produire, échanger, contrôler, conserver ».