Archives par mot-clé : chartes

Conférences à Dijon, juin 2020

En juin 2020, je donnerai deux conférences à Dijon :

  • le mercredi 10 juin, de 17h à 18h, à la Bibliothèque municipale, “Les manuscrits de l’abbaye de Cîteaux : localisation et mobilier”. Cette conférence est organisée par Rudi Beaulant et David Bardey (UMR 6298 Artehis, Université de Bourgogne), dans le cadre de l’atelier “Jeunes chercheurs sur la Bourgogne antique et médiévale”
  • le mardi 16 juin, de 14h à 15h30, aux Archives départementales de la Côte-d’Or, “Au dos des documents anciens : analyses et cotes d’archives à Cîteaux, du XIIe siècle à la Révolution française”. Cette conférence est organisée par les Archives départementales, dans le cadre de l’atelier “Sources et méthodes”.

Retrouvez le programme de tous les ateliers et conférences proposés par les Archives départementales pour 2019-2020 ici.

AD21, 11 H 251, 1181
BM Dijon, ms 610, p. 1. Catalogue des manuscrits, 1480-1482

Transfert de biens et transfert de documents au XIIe siècle

En 1197, les abbayes de Cîteaux et de Saint-Seine achètent des biens situés à Neuilly (ferme, commune actuelle de Pasques, Côte-d’Or) aux chanoines de Saint-Étienne de Dijon.

Ce transfert de biens s’est accompagné d’un transfert de documents entre institutions, les chartes passant d’un chartrier à un autre.

Pour lire la suite, rendez-vous sur Twitter.

Le cartulaire de l’office de la Porte, Cîteaux, fin XIVe-début XVe siècle

Le cartulaire de l’office de la Porte est conservé aux Archives départementales de la Côte-d’Or, sous la cote cartulaire 172 (11 H 69). Ce cartulaire de l’abbaye de Cîteaux a été écrit à la fin du XVe siècle ou au début du XVe siècle. Nous avons écrit à son sujet un fil à lire sur Twitter. Bonne lecture !

Cotes et analyses des chartes de Cîteaux (XIIIe-XVIIIe siècle)

À l’abbaye de Cîteaux, depuis la deuxième moitié du XIIe siècle, les moins ont pris grand soin de conserver, de classer, et de transcrire leurs archives. Le classement a été plus ou moins régulièrement poursuivi au fil des siècles, jusqu’à la Révolution française. Les moines ont fait inscrire au dos des chartes des analyses des documents ainsi que des cotes, renvoyant au classement. Les dos des actes présentent aujourd’hui plusieurs couches d’inscriptions. Au cours de mes recherches, j’ai pu identifier et dater plusieurs de ces mentions.

  • L’analyse la plus ancienne, inscrite sans doute avant 1220. Cette analyse s’accompagne parfois d’un nom de lieu et d’un numéro d’ordre, traces d’un premier classement topographique, au sein duquel les actes recevaient un numéro.
  • L’analyse inscrite dans la première moitié du XIIIe siècle, sans doute entre 1220 et 1240. Elle n’a pas nécessairement été inscrite avec la cote en chiffres romains rouges, mais l’une et l’autre se complètent.
  • La cote en chiffres romains rouges, inscrite avant 1240. Les actes étaient classés par lieu, et ce chiffre (ici “XXVI”) correspond au vingt-sixième lieu. Dans chaque groupe topographique, les actes recevaient un numéro d’ordre, en chiffres romains noirs. Ce numéro était inscrit à la droite du dos. Il n’en reste qu’une trace sur notre exemple.
  • Au XIVe siècle, les moines ont poursuivi le classement topographique. Le nombre d’actes ayant considérablement augmenté, ils ont seulement repris et réinscrit les numéros d’ordre sous le forme “lra (pour littera) suivi d’un chiffre romain”, le tout encadré.
  • À la fin du XVe siècle, l’abbé Jean de Cirey a fait reprendre entièrement le classement. Il conserve un classement topographique, mais il ne fait plus inscrire de numéro au dos des chartes. Il fait placer un nom de lieu (ici Flandria), ainsi qu’une analyse, le tout écrit avec une encre bien noire, dans un module épais. C’est également sous son abbatiat qu’a été inscrite une date en chiffres romains.
  • Au XVIe et au XVIIe siècle, le classement n’a pas été poursuivi de manière régulière. On trouve seulement un ou deux chiffres arabes au dos des actes (ici un seul “10”).
  • Ce n’est qu’au milieu du XVIIIe siècle que le classement a entièrement été repris par un archiviste, Jean-Baptiste Lemort. Il a lui-même inscrit une date, une analyse et une cote.
  • On trouve sur certains actes une cote inscrite au moment de la Révolution française, mais elle est rare (ici absente).

cotes et analyses ADCO, 11 H 155