Archives par mot-clé : chartes

Cotes et analyses des chartes de Cîteaux (XIIIe-XVIIIe siècle)

À l’abbaye de Cîteaux, depuis la deuxième moitié du XIIe siècle, les moins ont pris grand soin de conserver, de classer, et de transcrire leurs archives. Le classement a été plus ou moins régulièrement poursuivi au fil des siècles, jusqu’à la Révolution française. Les moines ont fait inscrire au dos des chartes des analyses des documents ainsi que des cotes, renvoyant au classement. Les dos des actes présentent aujourd’hui plusieurs couches d’inscriptions. Au cours de mes recherches, j’ai pu identifier et dater plusieurs de ces mentions.

  • L’analyse la plus ancienne, inscrite sans doute avant 1220. Cette analyse s’accompagne parfois d’un nom de lieu et d’un numéro d’ordre, traces d’un premier classement topographique, au sein duquel les actes recevaient un numéro.
  • L’analyse inscrite dans la première moitié du XIIIe siècle, sans doute entre 1220 et 1240. Elle n’a pas nécessairement été inscrite avec la cote en chiffres romains rouges, mais l’une et l’autre se complètent.
  • La cote en chiffres romains rouges, inscrite avant 1240. Les actes étaient classés par lieu, et ce chiffre (ici « XXVI ») correspond au vingt-sixième lieu. Dans chaque groupe topographique, les actes recevaient un numéro d’ordre, en chiffres romains noirs. Ce numéro était inscrit à la droite du dos. Il n’en reste qu’une trace sur notre exemple.
  • Au XIVe siècle, les moines ont poursuivi le classement topographique. Le nombre d’actes ayant considérablement augmenté, ils ont seulement repris et réinscrit les numéros d’ordre sous le forme « lra (pour littera) suivi d’un chiffre romain », le tout encadré.
  • À la fin du XVe siècle, l’abbé Jean de Cirey a fait reprendre entièrement le classement. Il conserve un classement topographique, mais il ne fait plus inscrire de numéro au dos des chartes. Il fait placer un nom de lieu (ici Flandria), ainsi qu’une analyse, le tout écrit avec une encre bien noire, dans un module épais. C’est également sous son abbatiat qu’a été inscrite une date en chiffres romains.
  • Au XVIe et au XVIIe siècle, le classement n’a pas été poursuivi de manière régulière. On trouve seulement un ou deux chiffres arabes au dos des actes (ici un seul « 10 »).
  • Ce n’est qu’au milieu du XVIIIe siècle que le classement a entièrement été repris par un archiviste, Jean-Baptiste Lemort. Il a lui-même inscrit une date, une analyse et une cote.
  • On trouve sur certains actes une cote inscrite au moment de la Révolution française, mais elle est rare (ici absente).
cotes et analyses ADCO, 11 H 155

Les propriétés de l’abbaye de Cîteaux avant 1132

Cette carte répertorie les lieux où l’abbaye de Cîteaux a acquis des biens (vignes et terres essentiellement) ou des droits (dîmes, diminution de dîmes, justice), avant 1132.

Biens et droits acquis par Cîteaux avant 1132

J’ai choisi la date de 1132 comme date charnière car le 10 février 1132 le pape Innocent II confirme les possessions de l’abbaye, dans sa bulle HABITANTES IN DOMO.

Les lieux ont été indiqués avec leur date de première attestation connue dans les chartes de l’abbaye. Ces actes n’étant pas datés, j’ai suivi les propositions de datation établies par Jean Marilier (Chartes et documents de l’abbaye de Cîteaux, 1098-1182, Rome, 1961).

Figurent les deux emplacements de l’abbaye : l’emplacement primitif, actuel lieu-dit La Forgeotte ; et l’emplacement actuel, que j’ai fait suivre de la date de 1106, date de consécration de la première église (aujourd’hui chapelle Saint-Edme).

Les coordonnées de deux lieux manquent de précision : Gémigny et Latrecey. Il s’agit de deux lieux aujourd’hui détruits. On ne leur connaît qu’une délimitation vague (voir le Dictionnaire topographique de la Côte-d’Or, en ligne).

Pour citer cet article : Coraline Rey, "Les propriétés de l’abbaye de Cîteaux avant 1132," Armaria, publié le 25/06/2017. URL : https://armaria.hypotheses.org/307, consulté le 19/01/2019.

Maladies et infirmité dans les chartes

S’il est courant dans les actes de trouver des auteurs ou donateurs atteints d’infirmité, il est plus rare d’en trouver la cause. Qui plus est dans les chartes cisterciennes de Bourgogne du sud, souvent avares de détails.

Les chartes de l’abbaye de Maizières (actuel département de Saône-et-Loire) font exception. Aujourd’hui le chartrier de l’abbaye se trouve séparé en deux, entre les Archives départementales de Saône-et-Loire (H 54 à 80, H SUP 64 à 72) et les Archives départementales de Côte-d’Or (16 H). Il faut aussi signaler l’existence d’un cartulaire, réalisé au XVIIIe siècle, aujourd’hui conservé à la Bibliothèque nationale de France : nouv. acq. fr. 8672-8681 ; microfilm consultable aux Archives départementales de Côte-d’Or, 1 Mi 474-483. Les chartes du XIIe siècle notamment présentent de nombreux détails sur la géographie (description des confins), sur la vie et les travaux quotidiens (description des pêcheries ou des moulins, mention des marchés, des péages et passage). Elles regorgent également de noms de lieux ou de noms de personnes. Continuer la lecture de Maladies et infirmité dans les chartes

Mise en ligne de mon mémoire de Master

Coraline REY, L’entreprise archivistique de Jean de Cirey, abbé de Cîteaux (1476-1501). Le dossier documentaire de la seigneurie de Villars en Côte-d’Or, Master sous la direction d’Eliana Magnani et Marie-José Gasse-Grandjean, Dijon, 2009[1].

Ce mémoire, parachevant deux années de recherches sur l’archivage et les processus de cartularisation à l’abbaye de Cîteaux au Moyen Âge, s’articule autour de cinq grandes parties. La partie introductive propose une analyse historiographique et présente la documentation utilisée. La deuxième partie expose le projet de Jean de Cirey à travers l’étude de la préface à ses cartulaires. La troisième partie évoque la gestion des archives à Cîteaux avant l’abbatiat de Jean de Cirey : processus de cartularisation, mentions portées au dos des actes, inventaires. La quatrième partie est réservée à l’entreprise de Jean de Cirey et à la postérité du chartrier. Enfin, la cinquième partie propose l’édition des 62 actes qui ont constitué la base de mon travail[2]. Annexes, sources, bibliographie et index viennent compléter ce travail.

Actuellement, ces recherches sont poursuivies dans le cadre d’une thèse de doctorat intitulée Archives et bibliothèque à Cîteaux, de l’original au “recueil” : scripturalité et visualité dans une entreprise d’écriture au Moyen Âge (XIIe siècle – début du XVIe siècle), sous la direction de Daniel Russo et Eliana Magnani.

NB : ce billet a précédemment été publié sur Laetus Diaconus.

Seing de Jean de Cirey


[1] Le mémoire peut aussi être téléchargé via la page Études et projets de recherche cisterciens du site CBMA, et également via la page de la Collection CBMA du BUCEMA.

[2] Cette édition a été intégrée à la base de données CBMA.

 

Pour citer cet article : Coraline Rey, "Mise en ligne de mon mémoire de Master," Armaria, publié le 15/12/2015. URL : https://armaria.hypotheses.org/247, consulté le 19/01/2019.